publicité

Prisca Nekiriai met en lumière sa tribu

La lauréate du concours Couleurs calédoniennes de 2017 expose ses clichés au Médipôle jusqu’au 13 janvier 2020. Un retour sur l’identité, les origines, le clan et la racine, pour transmettre la langue de Poya.  

© Martine Nollet
© Martine Nollet
  • Martine Nollet avec Alix Madec
  • Publié le
C’était avec de jeunes membres de sa famille pris pour modèle que l’artiste avait séduit le jury du Congrès. Elle souhaite une nouvelle fois rendre hommage à sa tribu. Depuis lundi, ce sont une quarantaine de clichés réalisés par l'artiste qui ornent les murs du Médipôle. Cascades, montagnes escarpées et portraits majestueux, l’ex-conductrice d’engins sur mine offre ici une ode à ses racines. Avec une exposition nommée Ma Tribu, proposée jusqu'au 13 janvier 2020.
 

Je voulais mettre en avant ma tribu et montrer où j’habite. Elle s’appelle la tribu de Nekliaï. Le message, c’est préserver nos tribus, nos traditions, notre culture kanak. C’est pour cela que mes photos sont traduites en langues. C’est ce que je voulais faire passer comme message, parce que la génération d’aujourd’hui parle plus le français que la langue.

 
© Martine Nollet
© Martine Nollet

Les légendes de ses clichés sont traduites en Arhâ mais également en Arhö qui sont les langues nourricières de la tribu. « C’est un travail en commun avec mon cousin et ma tante ». Une traduction de près de cinq à six mois afin de pérenniser la langue chère à cette passionnée. 
 

Dans l'intimité des habitants


De jolis clichés qui témoignent d’une culture portée sur divers thèmes.
 

L’eau, parce que c’est la source de Mweo, c’est tout Poya qui prend l’eau de Nekliaï. Il y a aussi la coutume, l’igname, la sculpture, le tressage et quelques portraits.


L’occasion d’entrer dans l’intimité des habitants de la tribu du district de Mweo, qui regroupe également les tribus de Kradji, Montfaoué, Ouendji, Gohapin, Nétéa, Népou et Népoui. 

Un moyen de pérenniser une langue « qui est notre identité », assure l’artiste. « En cette année des langues autochtones et face aux enjeux de la modernité, Ma Tribu est un retour sur l’identité. Le message que je veux transmettre aux jeunes sur leurs origines afin que rien ne se perde jamais ! ».

Prisca Nekiriai, au micro de Martine Nollet : 

Expo MA TRIBU Prisca Nekiriai



 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play