Quand les confinés bricolent et jardinent à leur guise 

coronavirus
jardinerie confinement
©Caroline Antic Martin

Dès l’annonce du confinement dimanche dernier, les clients se sont rués dans les magasins de bricolage et les jardineries. Objectif : acheter de quoi s’occuper et occuper les plus jeunes. Un phénomène planétaire, auquel la Calédonie n’échappe pas. 

Renouer avec mère nature

En temps normal, Auguste est artiste et animateur patenté dans un hôtel de Nouméa ;  des activités actuellement en standby du fait du confinement. En attendant la reprise, il jardine…

J’aime bien la composition des plantes, essayer de trouver de nouvelles méthodes, de mélanger les plantes. Avec le confinement, il n'y a presque personne.

Auguste


Après un rush sans précédent la veille du confinement dans une animalerie jardinerie de Magenta, les clients sont peu nombreux mais viennent à flux constant. "Le fait d’être à la maison, souvent avec les enfants, les Calédoniens ont envie de s'occuper, de prendre soin de leurs intérieurs" explique Edouard, le gérant de l'enseigne.

La passion du bricolage

Même constat dans une grande surface de bricolage, du côté de Ducos. Malgré le filtrage à l’entrée, pas plus de 20 personnes à la fois, les clients n'hésitent pas à faire la queue devant le magasin. La jardinerie et la décoration dite technique - peinture, lasure, etc., sont les rayons les plus visités. "Cette année, on est agréablement surpris de voir que les gens viennent plus en magasin" indique l'un des reponsables de l'enseigne.

Une aubaine pour les magasins spécialisés

magasin bricolage confinement
©Caroline Antic Martin

En début de semaine, les trois magasins de l’enseigne ont même battu un record historique : ils ont réalisé en une seule journée, trois fois le chiffre d’affaire d’un week-end. La preuve que confinement rime bel et bien avec embellissement. "Eviter de penser, éviter de faire les 100 pas, ça permet de s’évader entre guillemets" confie une cliente. Sans compter que faute d’évasion par les voyages, les Calédoniens disposent d'un budget plus conséquent pour améliorer leur cadre de vie.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Laura Schintu.