Un rapport sur les finances de la Calédonie, deux lectures politiques

politique
Le Congrès examine le rapport de la CTC sur les finances de la Calédonie, 1er août 2018
©NC la 1ère / Christian Favennec
La Chambre territoriale des comptes s'est penchée sur l'état des caisses de la Nouvelle-Calédonie depuis 2012. Une analyse que le Congrès a examinée mercredi. Des débats sans vote, mais houleux.
Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’à droite, les tensions sont toujours aussi palpables. Le rapport que vient de rendre la Chambre territoriale des comptes souligne que la situation financière de la Nouvelle-Calédonie est inquiétante, mais qu’il faut poursuivre les efforts initiés depuis 2015 pour assainir les comptes.
 

«Bilan désastreux»

Double lecture. Pour Calédonie Ensemble, après la gabegie sous l’ère d’Harold Martin et de Sonia Backès, le gouvernement Germain a su faire des économies. Efforts d’ailleurs salués dans ce rapport de 132 pages. 
 

«Oui, mais»

Oui, mais…, rétorquent les groupes Républicains calédoniens et Rassemblement-MPC: ces économies sont virtuelles car il a fallu puiser dans les caisses de l’OPT et du Port autonome. Sans oublier la diminution des subventions aux associations et aux établissements publics.
 

«Efforts contraints»

Côté indépendantistes, on grince des dents. Pour l’Uni et l’UC-FLNKS, les efforts sur la maîtrise des dépenses ont été contraints par la crise et par la situation du nickel.
 

26 recommandations

Il faut maintenant prendre acte des 26 recommandations de la CTC pour assainir les finances de la Nouvelle-Calédonie, sans oublier les onze rappels d'obligation juridique.