nouvelle calédonie
info locale

Un sommet de la FIFA à Nouméa

football
Sommet FIFA Nouméa Infantino
©NC1ere/Malia Noukouan
C’est une première en Calédonie et un honneur pour le football calédonien et océanien. Nouméa a accueilli le Sommet de la FIFA ce mardi, sur proposition de l’OFC, la Confédération océanienne de football. Avec, à la clé, des annonces.
C’est l’une des 12 rencontres organisées chaque année dans le monde, avec la présence ce mardi, dans un grand hôtel de Nouméa, du président de la FIFA, Giannni Infantino. Il était entouré d’une délégation d’une quarantaine de personnes, dont des présidents de fédérations internationales, africaines et bien sûr océaniennes. Au menu des discussions : l’avenir de la FIFA, le développement du football à l’échelle internationale, notamment celui des jeunes et des femmes.
Un défi que d’organiser ce premier sommet en Nouvelle-Calédonie, challenge réussi pour Steeve Laigle, le président de la Fédération calédonienne de football. 

Bientôt des phases finales de Coupe du monde en Calédonie ?

« La Nouvelle-Calédonie serait apte à accueillir une partie des phases finales de la Coupe du monde des Jeunes », dixit le président de la FIFA après avoir visité et salué le stade Numa Daly. Gianni Infantino veut réformer le Mondial des jeunes, en clair supprimer les compétitions actuelles, U17 et U20, pour n’en organiser qu’une seule avec 48 pays participants, dès 2020, à l’image de ce qui se fait, ou se fera, chez les seniors prochainement. La décision est attendue au mois de mars. Objectif : impliquer davantage de nations et permettre aux jeunes de vivre une Coupe du monde dans leur évolution.
Les précisions de Gianni Infantino, le président de la FIFA 

Organiser de phases qualificatives et/ou finales en Calédonie est un véritable défi mais pas insurmontable, estime le président de la Fédération calédonienne de Football. « La Calédonie a les capacités ». Selon l’instance calédonienne, le Territoire et trois autres nations de la région pourraient bien être pressentis pour être le pôle organisateur, soit les 4 pays co-organisateurs souhaités par la FIFA, pour chapeauter le déroulement de la Coupe du Monde. En attendant, les pays organisateurs pour la Coupe 2020 seront décidés d’ici octobre 2018.
Autres pistes annoncées lors de ce sommet : développer le football féminin et investir davantage dans la formation.
Des axes qui s’inscrivent dans le droit fil de ceux de la Fédération calédonienne de football et de son président Steeve Laigle. 
 

Le regard du président de la FIFA sur le football calédonien

A l’inverse de nombreux pays d’Océanie, dont le sport favori est le rugby, « la Calédonie est un pays de football, de passionnés, où il y a aussi beaucoup de talents », analyse Gianni Infantino.
Le président de la FIFA rappelle l’exploit des U17 en Coupe du Monde cette année et dit sa confiance en l’avenir du football calédonien.

Quelle place pour l’Océanie ?

A l’issue du sommet, le président de la FIFA a rassuré les membres de la Confédération océanienne de football, la plus petite confédération et la plus récente. « Il faut donner plus de place à l’Océanie, elle aura 1 place et demie lors de la prochaine compétition, contre une demie actuellement en Coupe senior». Développer le football, susciter l’engouement chez les jeunes, cela passe aussi par la formation et le développement d’autres compétitions pour inciter justement les jeunes à se tourner vers le ballon rond. 

Le développement du football féminin au niveau international

La FIFA proposera également d’augmenter le nombre d’équipes pour passer de 16 à 24 en Coupe du monde. Les compétitions U17 et U20 organisées, tous les deux ans, devraient être remplacées, là aussi, par une seule compétition chaque année.
Concernant les féminines séniors, la FIFA propose un nouveau concept : une Ligue mondiale qui se jouerait tous les ans avec des tournois réguliers pour mettre en valeur le football féminin.
L’an prochain, et la nouvelle est tombée ce lundi, La Fédération calédonienne accueillera la prochaine Coupe des confédérations nationales féminines, fin décembre 2018, « ce sera un avant goût de l’organisation d’un mondial », ajoute Steeve Laigle. Sept à huit nations viendront s’affronter sur le Territoire, une première pour la Calédonie. De quoi mettre davantage en avant le football féminin.

Programme de développement de la FIFA

La FIFA verse chaque année une dotation de 1,25 million de dollars aux Fédérations, soit un peu plus de 126 millions FCFP, servant à financer des infrastructures, organiser des compétitions, assurer le fonctionnement des structures, développer le football féminin, le beach soccer etc. La FIFA veut multiplier par quatre les projets engagés pour contribuer au développement du football.

Les projections de la Fédération calédonienne pour 2018

Côté compétition, deux qualifications importantes sont prévues l’année prochaine : celle des U19 au mois d’août et celle des U16 aux Iles Salomon en septembre, pour les futures Coupes du monde U17 et U20. La Fédération calédonienne de football a pour ambition de qualifier deux équipes calédoniennes, « pourquoi pas ? on va rêver » admet Steeve Laigle en souriant.
Autre compétition de taille : l’organisation de la Coupe des confédérations nationales féminines, fin décembre 2018. (cf paragraphe plus haut).

Côté infrastructures, le projet doit être encore validé par la Commission FIFA, mais la FCF pourrait avoir de nouveaux locaux. Elle a pour projet de construire un bâtiment administratif à Païta, début 2018.

Vous pouvez retrouver ci-dessous l'intégralité de la conférence de presse de Gianni Infantino : 



Publicité