Un Fidjien à la tête de l'assemblée générale des Nations unies

océan pacifique
peter thomson
Peter Thomson avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon. ©UN
Peter Thomson, l'ambassadeur des Fidji aux Nations unies, vient d'être choisi pour présider l'assemblée générale pendant un an. C'est la première fois qu'un candidat des petites îles du Pacifique est élu à ce poste.
L'élection a été très serrée : Peter Thomson n'a devancé son rival, le diplomate chypriote Andreas Mavroyiannis, que de 4 voix (94 contre 90 voix). Il a notamment pu compter sur le soutien de 11 pays de la région : « C'est la première fois qu'un îlien du Pacifique est élu à la présidence de l'assemblée de l'Onu ; je crois qu'il y a eu un Australien et un Néo-Zélandais qui ont occupé ce poste il y a longtemps*, mais depuis, le Pacifique n'a pas été représenté à ce niveau, c'est donc un grand honneur pour notre région et c'est aussi la reconnaissance du rôle actif joué à l'Onu par les 12 petits États insulaires du Pacifique en développement. On n'est pas là juste pour grossir les rangs, on contribue pleinement aux travaux de l'assemblée. »
 
Peter Thomson prendra ses fonctions en septembre prochain et il compte mettre l'accent sur ce qui préoccupe le plus les pays du Pacifique : le changement climatique. Il donne déjà rendez-vous en juin 2017, aux Îles Fidji, pour une conférence de l'Onu sur les océans et les mers : « Tout le monde devrait savoir que l'océan est mal en point - que l'on parle de réchauffement, de l'acidification des eaux, de la baisse des stocks de poissons, de la pollution marine… L'océan est en train de mourir et en tant que président de l'assemblée générale des Nations unies, je ferai de mon mieux pour faire passer ce message. »
 
Lors de sa campagne, le diplomate fidjien a aussi mis l'accent sur la nécessité de mettre en œuvre des objectifs de développement durable pour éradiquer la pauvreté et protéger la planète. L'élection de Peter Thomson, né à Suva en 1948, « Fidjien de cinquième génération », comme il le précise, va-t-elle braquer les projecteurs sur les Fidji ? Les 193 États membres de l'Onu vont-ils s'intéresser de plus près à la situation politique dans l'archipel et au respect des droits de l'homme ? Voici ce qu'en pense Peter Thomson : « C'est ce que vous pensez, ce que pense l'Australie, mais ce n'est certainement pas le point de vue de la majorité des pays dans le monde. On contribue aux missions de maintien de la paix, on a envoyé des centaines de Fidjiens casques bleus dans des régions troublées ces 40 dernières années. Les Fidji sont très bien vues ici, aux Nations unies. »
 
Peter Thomson succèdera au Danois Mogens Lykketoft. 
 
*L'Australien Herbert Vere Evatt a présidé l'assemblée générale en 1948 et le Néo-Zélandais Sir Leslie Munro a occupé ce poste en 1957-1958.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live