publicité

Vol MH17 : des familles australiennes poursuivent la Russie en justice

10 millions de dollars par victime : c'est la somme que réclame un cabinet d'avocats australien à la Russie et à son président Vladimir Poutine, accusés d'être responsables du crash du Boeing 777 dans l'est de l'Ukraine, le 17 juillet 2014.

L'épave du Boeing 777. © AFP
© AFP L'épave du Boeing 777.
  • Elodie Largenton/ABC Radio Australia (CM)
  • Publié le
Le coupable avait été désigné quelques heures seulement après les faits par Tony Abbott, qui était alors le Premier ministre australien :
 
« Quand vous êtes dans une situation où des rebelles soutenus par la Russie semblent avoir tué des Australiens, l'Australie ne voit évidemment pas ça d'un bon œil. »
 
Parmi les 298 personnes qui se trouvaient à bord du vol MH17 de la Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, il y avait 38 Australiens.
 
L'avion a été abattu par un missile sol-air de fabrication russe, selon les conclusions de la commission d'enquête néerlandaises.
 
L'avocat des familles des victimes australiennes, Jerry Skinner, a déposé devant la Cour européenne des droits de l'Homme une demande d'indemnisation contre la Russie et son président Vladimir Poutine. Les passagers du Boeing 777 ont été victimes de torture, selon lui :
 
« Les personnes qui étaient à l'arrière de l'avion ont survécu pendant un certain temps. Les Néerlandais estiment que cela a pu aller jusqu'à une minute, mais je doute que ça ait été aussi long. C'est particulièrement dur à accepter pour les familles. »
 
Des responsables russes se sont moqués de cette demande d'indemnisation sur le réseau social Twitter, mais Jerry Skinner se dit déterminé à obtenir réparation.
 
Pour cela, il demande au gouvernement australien de l'aider. Jerry Skinner estime qu'il s'agit « d'une affaire publique, qui implique les autorités ». La ministre australienne des Affaires étrangères pense au contraire que cela regarde les familles et leurs avocats. « Je suis focalisée sur l'enquête pour trouver ce qui a causé l'incident et juger ceux qui sont responsables. C'est ça, le rôle du gouvernement australien », souligne Julie Bishop.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play