publicité

Eruption du volcan Villarrica au Chili : près de 3 000 personnes évacuées, l'alerte est maintenue

Le volcan Villarrica, situé dans le sud du Chili et considéré comme l’un des plus actifs d’Amérique du Sud, est entré en éruption mardi, entraînant l’évacuation de milliers de personnes, sans causer de dégâts.

Chili : près de 3 000 personnes évacuées après l'éruption du volcan Villarrica © Capture écran video francetvinfo (Reuters et APTN)
© Capture écran video francetvinfo (Reuters et APTN) Chili : près de 3 000 personnes évacuées après l'éruption du volcan Villarrica
  • Polynésie 1ère avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
L’alerte rouge, déclenchée vers 03H00 (06H00 GMT) autour du volcan par le Bureau national des urgences (Onemi), a été maintenue durant 24 heures. Mais l’éruption, la première depuis quinze ans, a cessé au bout de quelques heures.

A la télévision, les images, impressionnantes, montraient une flambée de lave rouge et or, et de cendres s’échapper du Villarrica, encore plongé dans la nuit, le tout accompagné d’une épaisse fumée noire.

Les autorités locales avaient fait retentir les sirènes juste avant la coulée de lave. L’évacuation de la population s’est réalisée dans le calme.

Au point du jour, le niveau d’alerte a été abaissé dans les localités voisines du volcan, excepté pour les plus proches du cratère, et les routes ont été rouvertes à la circulation.

Les quelque 3.000 habitants évacués des communes de Villarrica, Pucon, Curarrehue et Conaripe ont pu commencer à regagner leurs domiciles.

Mais «il a été décidé de maintenir l’alerte rouge dans un périmètre de 10 km autour du volcan (situé près de Temuco, à environ 800 km au sud de Santiago), le reste de la région passant en alerte jaune», a précisé le ministre de l’Intérieur Rodrigo Penailillo.

Plusieurs heures après le début de l’éruption, la coulée s’est arrêtée, selon des images diffusées en direct.

«C’est un volcan qui est actif mais qui pour le moment est redevenu calme», a déclaré la présidente Michelle Bachelet, arrivée sur les lieux quelques heures après l’éruption.

La présidente s’est rendue jusqu’à Pucon, à 15 km du volcan, qu’elle a survolé avant de se réunir avec les autorités locales.

Dans la commune voisine de Coñaripe, située sur un autre versant du volcan, les habitants restaient encore dans l’expectative à l’extérieur de leurs maisons, avec une forte présence policière dans la zone, a constaté un photographe de l’AFP.

Selon un dernier rapport officiel, aucune variation importante n’a été relevée dans l’activité du volcan ces dernières heures.

«L’activité éruptive n’a pas réapparu et il subsiste seulement une légère émission de gaz», indique l’Office national des urgences (Onemi).

Environ 45 familles sont resté toutefois isolées, mais saines et sauves, après que l’augmentation du débit d’une rivière eut emporté un pont d’accès.

Selon l’Onemi, par mesure de précaution, environ 1.000 personnes restent évacuées dans cette région de l’Araucanie.

Une explosion intense mais de courte durée

Le responsable du réseau volcanique du Chili, Luis Lara, a expliqué que l’éruption «a été assez intense mais de courte durée».

L’indice d’explosivité volcanique du Villarrica a été situé à 2 sur une échelle de 0 à 8. «Il s’agit essentiellement d’une petite éruption», a relevé M. Lara depuis le centre de l’Onemi à Santiago.

Il a écarté l’éventualité d’un glissement de terrain volcanique, possible lorsque la lave fait fondre la neige et augmenter le débit des rivières autour du massif.

«C’est une éruption de moindre ampleur» que celle en 2011 du volcan Caulle, situé également dans le sud du Chili, dont les cendres avaient été visibles jusqu’à Buenos Aires ou Montevideo, selon M. Lara.

Les cours ont été suspendus dans les établissements scolaires des communes de la région voisines du volcan.

Les principaux axes d’accès à la zone qui avaient été coupés en raison du risque d’inondations dues à une éventuelle montée du niveau des rivières, ont été rouvertes.

Le Villarrica culmine à 2.800 mètres. Ses précédentes éruptions remontaient à 1984 puis 2000.

La région où se situe le volcan est l’une des plus touristiques du Chili, où la saison estivale s’est achevée le weekend dernier.
Les établissements scolaires dans les communes de Villarrica, Pucon, Curarrehue et Conaripe, situées autour du volcan ont été fermés et l'évacuation de la population s'est réalisée dans le calme, des milliers d'habitants étant déplacés vers des lieux à l'abri. Plusieurs heures après le début de l'éruption, la coulée de lave semblait s'être arrêtée, au lever du jour.
eruption du volcan Chili
##fr3r_https_disabled##

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play