polynésie
info locale

Uwe Ommer et Régine Feldgen, globe trotters humanistes

culture
Après les familles d'ados en Europe, Uwe Ommer et Régine Feldgen s'intéressent à celle des outremers
Après les familles d'ados en Europe, Uwe Ommer et Régine Feldgen s'intéressent à celle des outremers ©Uwe Ommer / Polynésie 1ère
Le photographe Uwe Ommer et la journaliste Régine Feldgen écoutent et immortalisent les "familles d'ados des outremers". La Polynésie est la dernière étape de cette étude atypique des relations inter-générationnelles au sein d'une même famille.
 Après avoir sillonné 40 pays européens et interviewé 500 adolescents et leurs parents depuis 2010, le photographe Uwe Ommer et la journaliste Régine Feldgenle sont partis à la rencontre des familles de tous les outremers français.La Polynésie française est la dernière étape de leur périple.
"Nous rencontrons ces adolescents qui sont la génération montante, ceux qui seront les politiques, les commerçants, les banquiers, les sportifs de demain et nous constatons qu'ils sont plutôt optimistes même si la situation n'est pas toujours brillante actuellement" explique Uwe Ommer.

Cet optimisme est il universellement partagé ?
"Non il y a des lieux, des îles où les jeunes sont moins instruits qu'ailleurs toutefois ils ont aussi de bonnes idées même s'ils n'ont pas eu la chance de poursuivre des études très longtemps".

Avant de vous intéresser à l'outremer vous avez parcouru l'Europe, y avez vous là aussi rencontré une jeunesse plutôt optimiste ?
"Surtout dans les pays de l'Est nouvellement libérés. Ils sont extrêmement actifs et ont plein de projets comme étudier à l'étranger et revenir construire leurs pays qui accusent un certain retard comparé à ceux de l'Ouest".
Famille d'ados à la Réunion
Famille d'ados à la Réunion ©Uwe Ommer

"Les adolescents des pays de l'Est sont très conscients de leur valeur" estime Régine Feldgen. "Par exemple nous avons été surpris par les italiens car contrairement aux habitants des pays européens moins développés, ni les ados ni leurs parents n'ont de vraie envie de futur ni de vision pour leur pays; tous ont envie de quitter leur pays.

C'est tout le contraire de ce que l'on a pu rencontrer en Ukraine ou en Estonie par exemple où les gens ont envie de construire sur place et où les parents comptent énormément sur leur jeunesse, eux qui ont connu pendant vingt ans un régime autocratique.

Cette jeunesse est enthousiasmante car elle croit en quelque chose. L'idée c'est de lui donner la parole car l'Europe a besoin de cette jeunesse. Le but de nos travaux c'est de montrer à ces gens qui sont leurs voisins. Nous menons la même démarche avec les outremers afin de montrer aux français qui sont leurs voisins du Pacifique ou de l'Océan Indien.


Avez vous noté des similitudes évidentes entre les adolescents quel que soit leur pays ou leur continent d'origine ?
"Les ados écoutent partout la même musique, ils ont partout les mêmes informations via Facebook. On note par contre que la jeunesse des outremers n'a pas beaucoup d'opinions sur l'Europe. Les Réunionnais se sentent plus proche de l'Australie ou de l'Afrique du sud, les Antillais se voient au Canada ou aux Etats Unis, pour Tahiti on ne sait pas encore mais le fait est que l'Europe est éloignée... On a envie de montrer cela aux Européens, ça peut peut être leur apporter un nouveau regard sur les outremers" estime Régine Feldgen.

Que faites vous des photos et des interviews que vous réalisez ?
Famille d'ados à Mayotte
Famille d'ados à Mayotte ©Uwe Ommer
"Des livres et des expositions photo. Ces expositions sont un formidable instrument pour faire connaissance avec ses voisins. Les gens peuvent découvrir ceux qui vivent en Grèce, à Londres ou à Paris autrement. Généralement ils connaissent uniquement l'Acropolis, Big Ben ou la tour Eiffel mais il ne faut pas oublier que nous sommes tous théoriquement sous le régime unique de l'Union Européenne" rappelle Uwe Ommer.

Vous avez exposé vos travaux en France, en Allemagne, en Autriche en Italie... peut être un jour outremer ?
"Pourquoi pas. On peut facilement exposer ces photos grand format à l'extérieur. C'est un peu une façon de restituer au public qui nous a accueilli ce qu'il nous a donné. C'est notre grand rêve que de pouvoir monter une exposition itinérante dans les outremers comme Uwe l'a fait dans des dizaines d'endroits après avoir photographié plus de 1250 familles dans 130 pays du monde pendant quatre ans pour son premier ouvrage 1000 familles.

Famille d'ados des outremers

Familles d'ados

0
Uwe Ommer et Régine Feldgen, globe trotters humanistes
Uwe Ommer se passionne pour la photographie dès son plus jeune âge.
À 20 ans, il s’installe à Paris et s’impose rapidement par la qualité de son travail dans la photographie de mode et de publicité.
En 1979, il publie Exotic, un recueil mêlant oeuvres personnelles et publicitaires, suivi de six livres dédiés à la beauté féminine.
Il est ainsi l’auteur de la série photographique Black ladies (la première édition du livre éponyme a été préfacée par le poète et premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor puis dans sa plus récente édition aux éditions Taschen, par la poétesse africaine, francophone, Calixthe Beyala).
En 1995 germe l’idée de 1000 Familles, l’album de famille de la planète, qu’il réalise de 1996 à 2000 en sillonnant les cinq continents en voiture, avec son Rolleiflex et son studio portable. Il photographie et interviewe 1.251 familles dans 130 pays... C’est à la Photokina 2000 (Cologne) qu’il présente pour la première fois le résultat de ces quatre années de travail: l’exposition 1000 Familles, qui voyage depuis dans le monde.
En 2010, il commence la réalisation de Familles d’Ados, un face-à-face des adolescents et de leurs parents à travers 40 pays d’Europe.
Uwe Ommer a été distingué par la Royal Photographic Society pour l’ensemble de son oeuvre.

Régine Feldgen est née à Hambourg et s’installe en France en 1990.
Formée aux arts plastiques et au management culturel, elle se spécialise en communication culturelle et travaille dans différentes structures françaises (Beaubourg, Friche La Belle de Mai, 3 bis f, Groupe Dunes etc.).
En 2004, elle crée sa propre agence d’ingénierie culturelle, «Impulsion». Elle accompagne des artistes en développement et production et crée des partenariats de mécénat culturel.
Depuis 2007, elle est en charge du réseau d’expositions des «1000 Familles» du photographe Uwe Ommer. C’est avec lui et en tant que mère de deux ados qu’elle entreprend en 2010-2011 l’aventure des Familles d’Ados, un projet européen à travers 40 pays pour lequel elle interviewe plus de 280 familles et leurs adolescents.

Publicité