7 cas déclarés en Papouasie Nouvelle Guinée, le gouvernement intensifie les dépistages

coronavirus
Port Moresby en Papouasie Nouvelle Guinée
La Papouasie-Nouvelle Guinée a jusqu'à présent confirmé sept malades du Covid-19. Le pays souhaite arrêter la propagation en envoyant des milliers de tests dans les provinces.
 
5 800 tests ont été répartis dans les différents territoires de la Papouasie Nouvelle Guinée depuis l’annonce la semaine dernière de 5 nouveaux malades du coronavirus, selon le Premier ministre, James Marape. Il a précisé : « Pour les provinces de l'Ouest et de l'Est de la Nouvelle-Bretagne, nous mettons l'accent sur la quarantaine à domicile. »

Des équipements de protection accompagnent ces tests. Le gouvernement de Papouasie Nouvelle Guinée cherche à augmenter le dépistage, mais il est confronté à un faible stock, plus de tests ont été commandés à l'étranger, selon le ministre de la Police, Bryan Kramer.
Il faut dire que ces 5 nouveaux cas détectés sont disséminés sur trois provinces dans le pays. 3 sont dans la province de l'Ouest, à la frontière avec la Papouasie occidentale, administrée par l'Indonésie qui compte 80 cas confirmés et 3 décès. Un autre se situe sur l’île de Nouvelle-Bretagne Orientale à l’est du pays où deux autres personnes sont sous surveillance. Le cinquième malade détecté, lui est dans le district de la capitale. C’est également celui qui a donné le plus d’émoi à Port Moresby. Il s’agit d’un des membres du « Centre national des opérations » qui coordonne la lutte contre le virus. Il a depuis été isolé et mis en quarantaine et le bâtiment a été aussitôt bouclé afin que tout le personnel soit dépisté. Des journalistes et une partie du gouvernement dont le Premier ministre lui-même ont été testés. 300 prélèvements au total, tous envoyés sur Brisbane pour analyse. Les premiers résultats sont revenus négatifs.

Les autorités ont appelé au calme dans la capitale et le commissaire de police David Manning, a tenu à rassurer la population : "Nous avons identifié un cas positif. Toutes les mesures sont actuellement prises pour retrouver toutes les personnes qui sont entrées en contact avec cette personne," selon Radio Nouvelle Zélande.
Des nouvelles mesures ont donc été prises pour éviter la propagation de Covid-19. Le pays déjà en état d’urgence impose maintenant un couvre-feu entre 20 heures et 6 heures du matin, une interdiction de tous les rassemblements publics et des transports publics, et une interdiction totale de vente d’alcool. Ces restrictions  visent la province centrale et le district de la capitale nationale, ainsi que la province occidentale à la frontière avec l'Indonésie.

Sur l’île de Bougainville, la partie la plus à l’Est du pays, aucun cas de Covid-19 déclaré, mais des suspicions. Le gouvernement local se plaint de la lenteur des résultats des dépistages. Voilà deux semaines que des prélèvements ont été envoyés à l’Institut de recherche médicale de Goroka, dans la province des Hautes Terres, aucun résultat n’est encore revenu.

Les autorités locales comme nationales disent craindre un développement de la pandémie que le pays ne pourrait contenir.  Tout voyage à l'intérieur et à l'extérieur des provinces frontalières et des provinces avec des cas confirmés de COVID-19 est interdit. Seuls le fret et le personnel médical sont autorisés à passer les frontières.

Les Salomon, pays voisin, craingnent également l’arrivée du coronavirus parmi ses communautés frontalières. Il renforce les patrouilles maritimes pour sécuriser sa frontière avec la Papouasie, après que deux policiers de Bougainville se soient rendus aux îles Shortland voisines, faisant cas de la fermeture de la frontière. Les deux officiers ont été arrêtés, ils sont en liberté sous caution.

Les îles Salomon n’ont à ce jour aucun cas de coronavirus déclaré. La Papouasie en compte 7, il n’y a aucun décès.