80% des Japonais sont réfractaires à la tenue des J.O cet été

jeux olympiques
JEUX OLYMPIQUES 2021
Les anneaux olympiques au bord de l'eau à Tokyo, le 1er décembre 2020 ©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Alors que l'état d'urgence est en vigueur dans la capitale japonaise, la population est désormais réfractaire à la tenue des J.O cet été.

Le Japon vient de repasser partiellement sous état d’urgence en raison d’une nouvelle flambée épidémique de Covid-19. Une résurgence du coronavirus dans le pays, à laquelle s'ajoute la découverte d'un nouveau variant, qui pose à nouveau la question du maintien ou non des Jeux olympiques du 23 juillet au 8 août 2021 alors qu’ils ont été déjà reportés d’un an

Un éminent membre canadien du Comité international olympique (CIO), Dick Pound, a indiqué à la chaîne anglaise BBC que "rien n’était garanti". C’est déjà lui qui l’an passé, fin février, avait émis les premiers doutes. Puis mardi 12 janvier sur Twitter, c’est le rameur britannique et quadruple champion olympique Matthew Pinset qui a souhaité un nouveau report à 2024, en décalant aussi dans la foulée Paris à 2028 et Los Angeles à 2032.

"Il y a de quoi être inquiet"

 

Pour l’instant, l’ambiance olympique dans la capitale du Japon n’est pas du tout présente. Quand on pose aux passants la question de la tenue des JO cet été, la réponse n’est guère enjouée : "C’est un énorme événement, donc tout le monde serait très excité s’il avait lieu, estime une Tokyoïte. Mais vu la situation actuelle, il y a de quoi être inquiet. Pour le moment, chacun pense plutôt à sa propre santé." Même un jeune salarié de 30 ans craint le pire : "Personnellement, je pense qu’il vaut mieux y renoncer. Sans cela on ne va faire qu’amplifier la pandémie. Il faut décider vite."

Les organisateurs insistent sur les protocoles sanitaires et laissent entendre qu’ils pourraient limiter drastiquement les places pour les spectateurs étrangers, mais la campagne de vaccination au Japon ne débutera au mieux pas avant fin février. Comme le souligne le sexagénaire Taro, la voix de la population compte peu : "C’est une décision difficile qui ne nous appartient pas, c’est au Comité olympique de se prononcer, mais je pense qu’il faut annuler. Je travaille dans le secteur médical, et on ne sait pas du tout quand on viendra à bout de ce virus."

Au Japon, selon les plus récents sondages, 80% des citoyens sont désormais réfractaires à la tenue des J.O cet été. Le Premier ministre martèle, lui, que les préparatifs se poursuivent comme prévu.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live