ADIE : l'Etat accorde 582 micro crédits à de jeunes entrepreneurs en 6 mois

solidarité
Le Haut Commissaire a félicité quatre jeunes ayant pu monter leur entreprise grâce au micro crédit
Le Haut Commissaire a félicité quatre jeunes ayant pu monter leur entreprise grâce au micro crédit ©Haut Commissariat
Près de 600 jeunes polynésiens ont bénéficié du soutien financier de l'Association pour le Droit à l'Initiative Economique (ADIE) pour monter leur entreprise au cours du second semestre 2017. 
René Bidal a souhaité mettre une nouvelle fois à l’honneur l’exemple remarquable d’économie solidaire que constitue le microcrédit.  

Le Haut Commissaire a signé avec Wendy Mou Kui, Directrice régionale de l’ADIE un avenant à la convention annuelle 2017 qui fixe la participation totale de l’État pour 2017 à 23,8 millions cfp.

Il a également signé la convention 2018 qui prévoit un financement de l’État de 17,9 millions cfp. Cette somme est susceptible d’être complétée en cours d’année prochaine, selon les résultats enregistrés par l’ADIE.

Jusqu’alors, cette signature intervenait en août. Pour 2018, le Haut-Commissaire a obtenu du ministère des Outre-mer que ce partenariat soit renouvelé dès le mois de décembre afin de permettre à l’ADIE de poursuivre son déploiement dès les premiers mois de l’année.

L’ADIE est une association reconnue d’utilité publique construite comme une réponse aux oubliés du financement bancaire conventionnel, des personnes peu solvables ou présentant des projets de trop faible envergure pour être soutenus par une banque.

L’ADIE aide ces personnes à créer leur entreprise et donc leur emploi grâce à un micro-crédit ainsi qu’un accompagnement adapté. Outil de cohésion sociale, il permet ainsi aux plus modestes de trouver leur place au sein de la société.

A l’occasion de la signature de ces conventions, le Haut-Commissaire a tenu à recevoir et à féliciter des chefs d’entreprise ayant bénéficié du soutien de micro-crédits :

• Valérie Defois qui s’est lancée dans l’artisanat ;

• Flore Hani qui a créé sa propre marque de vêtements ;

• Haumanava Tixier qui utilise les peaux de poissons pour confectionner des vêtements et des bijoux ;

• Noebert Doom qui fabrique des pirogues de compétition.

L'ADIE aux Marquises en 2018 ?


En progression constante depuis près de dix ans, l’ADIE a accordé, au cours du second semestre 2017, 582 micro-crédits et accompagné 372 porteurs de projets. Ce soutien vital constitue la base d’un développement pérenne puisque 77 % des entreprises aidées sont toujours en activité après deux ans d’existence.

Pour 2018, le Haut-Commissaire a demandé à l’ADIE de prévoir son installation aux Marquises, pour que tous les archipels bénéficient d’un accès de proximité à ses prestations.

Wendy Mou Kui, Directrice régionale de l'ADIE

 

Quatre jeunes entrepreneurs soutenus par l'ADIE
Flore HANI : activité prêt-à-porter

Professionnelle des arts martiaux mixtes (MMA) et de boxe anglaise, Flore HANI, âgée de 31 ans, surfe sur la vague de son succès dans le milieu sportif et crée en 2016 sa propre ligne de vêtements et d’accessoires de sport « Sphère Tahiti Figth Wear ». Elle a déposé sa marque à l’INPI. Récemment, elle a ouvert un site de vente en ligne : sphere-tahiti.com. Elle travaille en partenariat avec les clubs de Va’a et les clubs de Fighters. Pour le mois de novembre, elle a eu une grosse commande pour la course Hawaiki Nui Va’a. Elle a fait appel à l’ADIE pour l’aider à avoir du stock de marchandises pour faire face à ses commandes. Elle a obtenu, en novembre 2017, un prêt de 618 000 cfp.


Haumanava TIXIER : activité transformation/vente de cuirs à base de peaux de poissons et déclinaisons produits divers (bijoux, textiles) au détail ou en gros

Haumanava TIXIER eu l’idée innovante de valoriser la peau de poissons considérée comme un déchet pour lui offrir une nouvelle vie en la transformant en cuirs et en la déclinant en bijoux et textiles. La démarche est astucieuse puisque cette économie circulaire est peu coûteuse en matière de production. Au niveau commercial, un book est en cours de constitution pour faciliter le démarchage, des rencontres avec les associations d’artisans sont prévues et la marque « ECOCUIR » sera déposée à l’INPI. Il a obtenu un prêt de l’ADIE de 223 527 cfp pour constituer son stock et acquérir des matériels professionnels.


Valérie DEFOIS : activités manufacturières

Agée de 52 ans, Valérie DEFOIS s’est spécialisée dans la confection d’objets artisanaux et d’art. Elle fournit principalement, les boutiques de l’aéroport de Tahiti, le marché de Papeete, les magasins Carrefour, la boutique CMT militaire, l’hôtel Manava, la brasserie de Tahiti, la boutique de  souvenirs du centre Vaima et la boutique Moorea Créative. Pour améliorer sa compétitive, elle a fait appel à l’ADIE pour l’aider à acquérir des matériels professionnels et du stock. Elle a bénéficié, en novembre 2017, d’un prêt ADIE de 500 000 cfp.


Noebert DOOM : fabrication et réparation de pirogues de compétition

Noebert DOOM a plusieurs années d'expérience dans la construction de pirogues de compétition. Passionné de va’a, il est entré dans une démarche axée sur la recherche et le développement sur les matières, les process, l’ergonomie...Les pirogues qu’il fabrique sont d’excellente qualité et correspondent aux besoins des champions. Il a créé un nouveau modèle qui amène le va’a à mieux surfer et accélérer quand il est sous l’eau. Son carnet de commande est plein. Il a sollicité l’ADIE pour financer l’achat de matériels et son stock. Un prêt de 1,2M cfp lui  a été accordé.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live