Après la crise sanitaire, soulager le personnel hospitalier par la parole et le massage

coronavirus
Soulager personnel soignant
©Polynésie la 1ère
La gestion de la crise covid a été une épreuve à laquelle le personnel de l'hôpital a été confronté. Soigner les malades, faire face à la mort, des situations traumatisantes qui ont laissé des séquelles et qu'il faut soulager. Cela passe par des groupes de parole et des séances de massage.

Tous ont souffert. Aucun des 2 200 agents de l’hôpital n’est sorti indemne de la crise covid. 

Parfois même l’anxiété peut perdurer dans le temps. "On sait qu'après une vague comme celle-ci, il y a des conséquences psychologiques à 3 mois, 6 mois, même 1 an après. En général, plus de la moitié des professionnels exposés ressentent toujours des problèmes d'anxiété, de dépression et parfois de syndrome de stress post-traumatique en lien avec le covid", explique le Dr Johan Sebti, médecin chef du service de psychiatrie.

Soulager personnel soignant
©Polynésie la 1ère

 

Alors la cellule interne de la médecine du travail s’est attelée à aider tous les personnels qui l’ont demandé.

Face à l’urgence créée par la surcharge horaire, la réorganisation des services, toute une équipe s’est mise en place pour pallier la détresse des agents de l’hôpital.

"Souffrance au travail"

 

"Certains personnels qui étaient spécialisés n'avaient pas l'habitude d'être confrontés à des pathologies aussi graves, notamment à la mort...Donc cela a engendré beaucoup de souffrance au travail", précise le Dr Thierry Sicard, médecin chef de la médecine du travail au CHPF.

En pratique, des séances d’hypnose, des groupes de parole, des entretiens ont été organisés. De même que des séances de massage. "Le massage permet d'aider le personnel hospitalier dans son quotidien, car ça leur permet d'oublier leur charge de travail, de revenir à des besoins plus essentiels dans la vie", relate Rachel Petel, psychologue à l'hôpital.

Soulager personnel soignant
©Polynésie la 1ère

 

Dominique Adonon, professeur de gym, fait partie de la cohorte des bénévoles qui sont venus au secours des personnels hospitaliers. Il a déjà pratiqué près de 500 massages. "Ils te prennent beaucoup d'énergie, mais au moins ils te parlent, ils sont détendus. Par rapport à la pandémie, ils ont été bien marqués, et le fait de se faire masser, ils parlent tout seuls, ça leur fait du bien", décrit-il.

Cette cellule bien-être au travail va continuer à jouer son rôle , le temps qu’il faudra .