Carrefour : un possible durcissement du mouvement est à prévoir

social
carrefour grève
©Marcel Bonno

Quatrième jour de grève à Carrefour. Un point en particulier bloque les négociations : le paiement des jours de grève. Le mouvement pourrait bien se durcir, un blocage des quatre magasins de Tahiti est possible.

Bientôt un blocage des magasins Carrefour ? C’est la menace qui plane désormais sur le conflit opposant syndicats et directions.

Les deux parties n’arrivent toujours pas à s’entendre. Les négociations sont au point mort. "La situation aujourd’hui est que les employés ne peuvent pas laisser tomber. On est face à une direction qui nous pousse à durcir le mouvement, on verra comment ça va se dérouler les jours prochains", explique Vatea Heller, secrétaire général adjoint de O Oe o Te Rima.

Un point, en particulier, bloque les discussions : celui du paiement des jours de grève. Ce matin, la directrice générale grande distribution du groupe Wane, Nancy Wane, est partie à la rencontre de ses employés grévistes pour tenter de débloquer la situation.

"Le quatrième point que nous avons précisé est que les jours de grève ne seront pas payés, le conflit continue car nous ne sommes pas d'accord sur ce point. Les dirigeants des organisations syndicales sont tout à fait au courant de notre position par rapport au paiement des jours de grève. Les directeurs sont à leur disposition pour réouvrir les discussions."

Pour le personnel gréviste, cette discussion n’a pas permis de faire avancer les choses. Le sentiment reste le même.

Isabelle Kerignard, déléguée syndicale CSTP/FO du Carrefour de Punaauia explique : "Nous avons entendu notre PDG Nancy Wane mais nous ne sommes pas d’accord. Là encore nous ne sommes pas écoutés. On nous dit : 'il faut voir la direction'. Nous avons vu nos directions maintes et maintes fois…(...) On tourne en rond, c’est tout ce qu’on a à dire."

"On tourne en rond, c’est tout ce qu’on a à dire."

Isabelle Kerignard

Pour l’heure, après quatre jours de grève, le mouvement social ne semble pas déranger la clientèle. L’impact reste minime. Rafi est un client qui voit "les rayons un peu vides", il a pris "juste le nécessaire".

Patrick, lui, vient d’Arue pour chercher son pain. "Ils ont un bon boulanger qui n’est pas en grève aujourdhui, donc je suis content d'avoir trouvé mon bon pain tradition frais. C’est un petit peu plus long à la caisse mais comme il y a les caisses rapides il n’y a pas de problème".

Tout pourrait se compliquer lundi, avec un possible blocage au sein des quatre magasins Carrefour. En plus, un préavis de grève pourrait être déposé dans d’autres enseignes du groupe.