polynésie
info locale

Le CESE veut défendre et valoriser les langues ultramarines

outremer la guadeloupe
Reo tahiti / ecole
©Polynésie la 1ère
Le Conseil Economique Social et Environnemental a déposé au ministre français de la culture Franck Riester onze préconisations pour la valorisation des langues régionales. Il recommande, entre autres, la scolarisation et la rédaction des documents officiels dans les deux langues.
Une délégation du CESE a été reçue par le ministre de la Culture Franck Riester en ce début d’année. Elle était venue défendre son avis sur les langues régionales. Selon le Conseil Economique Social et Environnemental, reconnaître et valoriser ces langues d’Outre-mer est un atout majeur de cohésion sociale. D’ailleurs, sur les 75 langues régionales françaises, 50 sont des langues régionales ultramarines.

L’avis du CESE contient onze préconisations, dont la scolarisation des enfants d’Outre-mer dans leur langue régionale, au même titre que dans la langue française. L’avis exhorte aussi les collectivités territoriales à construire des politiques de soutien à l’expression en langue régionale, notamment dans les documents administratifs publics, où la langue régionale doit apparaître aux côtés du Français.

Pour la rapporteure de l’avis, la Saint-Martinoise Isabelle Biaux-Altmann, reçue par le ministre, cette reconnaissance est cruciale.

"Les études scientifiques prouvent que l’apprentissage de plusieurs langues dès la maternelle, loin d’être un handicap, est un atout. C’est une richesse, ça permet une meilleure insertion sociale, une meilleure estime de soi, puisque souvent, ces langues régionales étant dévalorisées, celui qui les parle se sent différent, pas reconnu et pas respecté."

Isabelle Biaux-Altmann


Isabelle Biaux-Altmann répond au micro de Tiziana Marone:
 

Isabelle Biaux-Altmann



Isabelle Biaux-Altmann remettra dans les prochains jours cet avis à la ministre des Outre-mer, Annick Girardin. Parmi les préconisations du CESE, elle soutient la ratification par la France de la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires, et la reconnaissance du « créole anglais » de Saint Martin comme langue de France.

Le rapport du CESE est à lire ici.