polynésie
info locale

Un concours audiovisuel associe les jeunes à la lutte contre l'obésité

jeux
L'obésité, première maladie non transmissible du Pacifique
L'obésité, première maladie non transmissible du Pacifique ©CC0 Meditations / Pixabay
La CPS et le bureau du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour le Pacifique, invitent les jeunes des États et Territoires océaniens à élaborer des projets audiovisuels visant à sensibiliser les jeunes aux maladies non transmissibles et à leurs facteurs de risques.
Le concours, financé conjointement par le Fonds Pacifique, la CPS et le PNUD, est ouvert à tous les jeunes de 15 à 25 ans des Fidji, de Polynésie française , de Nouvelle-Calédonie, de Nouvelle-Zélande, des Tonga, de Vanuatu et de Wallis et Futuna.

Chacun des cinq lauréats aura la possibilité de travailler avec des professionnels d’une société de production et bénéficiera d’une formation spéciale pour réaliser, à partir du concept qu’il aura proposé dans le cadre du concours, un court-métrage d’une qualité suffisante pour être diffusé.

Les MNT : des causes de décés évitables


Les MNT, et en particulier le diabète, les maladies cardiovasculaires, les pneumopathies chroniques et les cancers, sont la principale cause de décès évitables et d’incapacités dans le Pacifique. La crise des MNT a pris des proportions épidémiques et hypothèque lourdement le développement futur des pays insulaires océaniens.

Un nombre croissant d’Océaniens développent l’une ou l’autre de ces maladies entre 30 et 40 ans, et il est donc essentiel de lancer des programmes de prévention ciblant les jeunes.

De plus en plus d'obèses précoces


Les études menées dans la région montrent qu’une proportion importante des adolescents océaniens sont en surpoids, et qu’un nombre croissant d’entre eux deviennent obèses. De plus, certaines maladies comme le diabète de type 2, que l’on n’observe généralement que chez les adultes, sont aujourd’hui diagnostiquées chez des adolescents.

« Malheureusement, les projets de prévention des MNT n’intéressent guère les adolescents : ils font rarement appel à des démarches innovantes, encore moins aux arts graphiques et aux médias sociaux, et ceux qui sont conçus par les jeunes eux-mêmes sont encore plus rares, ce qui contribue à perpétuer l’idée pourtant fausse selon laquelle les MNT ne touchent que les personnes âgées, et pas les jeunes », explique Ferdinand Strobel, spécialiste des politiques sur le VIH, la santé et le développement au bureau du PNUD pour le Pacifique.


Adopter des comportements sains


« L’initiative CPS/PNUD va permettre à des groupes de jeunes de suivre des formations à la communication en santé reposant sur l’utilisation de supports vidéo, et de bénéficier du soutien de professionnels qui vont les aider à réaliser leurs projets de promotion de la santé. Les jeunes ont un rôle charnière à jouer dans la construction d’une société en bonne santé. En leur apprenant à adopter des comportements sains, nous pouvons réduire l’apparition précoce des MNT », déclare de son côté Solène Bertrand-Protat, Chargée des MNT à la CPS.

Cette initiative va aussi contribuer à l’amélioration des compétences et des connaissances des participants et encourager les jeunes à s’associer aux activités de promotion de la santé qui leur sont directement destinées.

Favoriser les échanges entre pays océaniens


Les participants pourront notamment acquérir des compétences dans des domaines comme la gestion de projet, les principes de base de la santé publique, la production audiovisuelle et la réalisation de messages de promotion de la santé à l’aide des nouvelles technologies (internet, réseaux sociaux). Les avantages découlant de cette expérience iront donc bien au-delà du projet. Ils pourraient notamment déboucher sur la mise en place d’un réseau de jeunes ambassadeurs pour la lutte contre les MNT et encourager les échanges entre les jeunes de pays océaniens et de Territoires français du Pacifique sur les thématiques relatives aux MNT.

Pour tout complément d’information, consulter ce lien.

La date de clôture du concours est fixée au 30 avril.
Comment participer ?
Quels types de projets peuvent être proposés ?

Nous vous demandons de proposer des idées originales et bien pensées pour la réalisation d’un court-métrage (de trois à cinq minutes) visant à informer les jeunes sur les maladies non transmissibles et leurs facteurs de risque, et de présenter un plan de diffusion du support audiovisuel via les médias et les réseaux sociaux pertinents. (Un soutien financier sera proposé pour le volet formation et la réalisation audiovisuelle.)

Les projets doivent être conçus et portés par un groupe de jeunes (quatre personnes maximum) âgés de 15 à 25 ans et encadrés par un référent (enseignant, éducateur, responsable communautaire, etc.). Les mineurs ont besoin d’une autorisation parentale pour
participer.

Critères de sélection :

Un jury composé de professionnels de la santé et des médias évaluera les propositions et sélectionnera cinq projets sur la base des critères suivants :
• la pertinence du court-métrage proposé au regard de la problématique des maladies non transmissibles (risques et impacts)
• l’originalité de la démarche
• le fait que le projet soit clairement piloté par les jeunes
• la pertinence et l’originalité des plans de diffusion auprès du public ciblé
• l’utilisation innovante des technologies de l’information et de la communication
• la soumission dans les délais du formulaire de présentation du projet, dûment complété

Quelle que soit l’issue, une note d’information sera renvoyée à tous les porteurs de projet.

Projets retenus:

La liste des projets retenus sera rendue publique le 3 mai. Les lauréats devront être disponibles pour participer à un atelier de formation sur les techniques de production, qui se tiendra du 29 au 31 mai 2017, à Nouméa (Nouvelle-Calédonie).

Pour chaque projet sélectionné, les organisateurs prendront en charge les frais de transport et d’hébergement de quatre élèves maximum et d’un
encadrant ou adulte accompagnateur.

À l’issue de cette formation, une subvention sera accordée à une société de production du pays d’origine de chaque projet lauréat afin que les jeunes puissent réaliser leur court métrage avec l’aide de professionnels. Le court-métrage sera réalisé en juin et juillet, puis diffusé d’août à novembre.

Comment participer :

Les candidats doivent compléter le formulaire présent sous ce lien et le renvoyer au plus tard le 30 avril 2017 à PHDSuva@spc.int
Publicité