Conseil des ministres - Vaccination obligatoire pour le personnel soignant et élargissement du dépistage

coronavirus
Tests et vaccination en conseil des ministres
Un projet de loi pour la vaccination obligatoire à certaines catégories de professionnels de la santé et un autre pour élargir la capacité de réalisation de tests virologiques à dépistage rapide aux élèves infirmiers, aux hygiénistes dentaires et aux pompiers vont être soumis à l'assemblée.

Dans le contexte d'urgence sanitaire, le gouvernement de la Polynésie française s'est réuni en Conseil des ministres. La présidence souhaite notamment établir la vaccination obligatoire pour une partie de la population de plus de 16 ans. 

La vaccination obligatoire contre 6 maladies et le covid-19

 

Ce projet de loi du pays propose de rendre obligatoire, en milieu professionnel, l’immunisation contre certaines maladies pour les secteurs d’activités à risque élevé d’infections. Il n'est pas question que du covid-19.

Sont visés essentiellement les professionnels exerçant dans :

- des établissements de prévention et de soins ;

- des hébergements sanitaires et sociaux ;

- des officines de pharmacies.

Il s’agit de protéger les professionnels particulièrement exposés du fait du contact rapproché avec des personnes malades, blessées ou fragiles et de protéger par voie de conséquence les patients ou personnes prises en charge d’un risque de contamination nosocomiale.

Il est ainsi proposé de rendre obligatoire la vaccination contre :

- l'hépatite B, maladie virale du foie, transmissible essentiellement par contact avec du sang contaminé mais aussi par l’intermédiaire de la salive, de petites blessures.

- la diphtérie, infection causée par une bactérie très contagieuse qui se développe dans la gorge ; la diphtérie se transmet par la toux et les éternuements ; elle peut entraîner des complications cardiaques, rénales et neurologiques (paralysies), et provoquer la mort ;

- le tétanos, causé par une bactérie entraînant des contractures musculaires intenses qui peuvent atteindre les muscles respiratoires ; le tétanos s’introduit dans le corps par n’importe quelle blessure ou petite plaie anodine ;

- la poliomyélite, une infection due à un virus présent dans les selles des personnes contaminées qui provoque des paralysies en attaquant le système nerveux ; dans sa forme la plus grave, la poliomyélite provoque des paralysies des bras, des jambes ou des muscles qui permettent de respirer ;

- la coqueluche ;

- la grippe, infection respiratoire aiguë très contagieuse provoquée par un virus, peut être grave pour les personnes qui ont des maladies chroniques et les personnes âgées (complications cardiaques ou pulmonaires graves), ainsi que pour les nourrissons fragilisés âgés de moins de 6 mois et les femmes enceintes.

Ce projet de loi du pays propose l’obligation vaccinale contre le covid-19 pour certaines catégories de personnes, mais il n'est pas précisé exactement le type de personnes seront visées.  

Les élèves infirmiers, les hygiénistes dentaires et les pompiers pourront maintenant effectuer des tests virologiques de dépistage rapide

 

Toujours dans le cadre sanitaire actuel, le gouvernement annonce que plus de professionnels de la santé pourront réaliser des tests de dépistage :

« Les médecins et infirmiers de la direction de la santé sont actuellement pleinement mobilisés pour la campagne de vaccination contre la covid-19. Cependant, la brusque reprise épidémique liée à la circulation virale du variant delta du SARS-CoV-2 provoque un besoin très important de dépistage. Afin que les médecins et infirmiers de la direction de la santé puissent poursuivre la vaccination, il est nécessaire d’élargir les préleveurs potentiels pour la réalisation de ces tests de dépistages.

Le Conseil des ministres a ainsi fait le choix d’inclure l’ensemble des élèves infirmiers et d’ajouter les hygiénistes dentaires et les pompiers pour la réalisation des tests afin de compléter les équipes de dépistages de la direction de la santé.

Dans le même objectif, l’arrêté pris par le Conseil des ministres ouvre la possibilité pour les laboratoires d’analyse de biologie médicale à ouvrir des sites secondaires pour le dépistage de la covid-19. La liste des sites de dépistages ouverts au public sera actualisée sur le site internet de la Direction de la santé au fur et à mesure des ouvertures de ces centres. La population est ainsi invitée à consulter le site régulièrement ». 

Retrouvez le compte rendu complet du conseil des ministres ici