Coronavirus : 1er cas à Saint-Pierre et Miquelon

coronavirus saint-pierre (spm)
saint pierre et miquelon
©Google map
C'est le premier cas avéré de Covid-19 enregistré sur l'archipel français d'Amérique du Nord, qui restait jusqu'ici, avec Wallis et Futuna,  le seul territoire français n'ayant enregistré aucun cas avéré de Covid-19.
La préfecture de Saint-Pierre et Miquelon a confirmé, samedi 4 avril, que pour la première fois, un habitant de l'archipel, rentré par avion le 16 mars dernier, a été testé positif au coronavirus. Il s'agit d'un "porteur sain" testé à l'issue de son séjour en quatorzaine, selon le préfet de Saint-Pierre et Miquelon.

C'est le premier cas avéré de Covid-19 enregistré sur l'archipel français d'Amérique du Nord, qui restait jusqu'ici, avec Wallis et Futuna,  le seul territoire français n'ayant enregistré aucun cas avéré de Covid-19.
 

Ailleurs en Outre-mer...


La Guyane est passée samedi au stade 2 de l'épidémie de Covid-19, rejoignant ainsi La Réunion et Mayotte, tandis que la Martinique et la Guadeloupe sont en stade 3 comme l'Hexagone. " Les dernières données épidémiologiques permettent de considérer que la Guyane est désormais entrée en stade 2 de l'évolution épidémiologique " signifiant que le virus est présumé ou repéré comme circulant sur un territoire, expliquent la préfecture et l'ARS.

Au 4 avril, 66 cas ont été testés positifs au Covid-19 en Guyane, un patient est actuellement en réanimation, 27 patients sont guéris. La Guyane ne déplore aucun décès pour l'instant. En stade 3, la Martinique compte elle 145 cas avérés et 3 décès, et la Guadeloupe 134 cas et 8 décès. Encore en stade 2, La Réunion enregistre à ce jour 334 cas (aucun décès) et Mayotte 134 cas et 2 décès.
 
La petite île de Saint-Barthélemy dans les Antilles françaises, confinée comme le reste de la France depuis près de vingt jours, a débloqué samedi deux millions d'euros pour faire tester au Covid-19 la totalité de ses 10.000 habitants. Les élus de cette collectivité d'Outre-Mer se sont réunis en urgence samedi matin pour mener à bien ce projet, qui consiste à acheter, pour le moment, quatre machines de dépistage rapide par PCR (prélèvement par le nez), à 110.000 euros pièce. " L'objectif est de rassurer la population et obtenir du gouvernement la levée du confinement pour Saint-Barthélemy ", a expliqué le président de la Collectivité Bruno Magras, qui dirige l'île depuis 1995.

A ce jour, Saint-Barthélemy a recensé six cas avérés sur son territoire de 21 km2, dont quatre aujourd'hui guéris. Les deux autres sont confinés à leur domicile et leur état de santé n'est pas préoccupant. Aucun cas n'a été recensé depuis le 26 mars.