Coronavirus : le port du masque recommandé par les autorités sanitaires

coronavirus
masque coronavirus
Le gouvernement pourrait encadrer le prix des masques en cas d'introduction du virus. ©JL
Il y a encore trois semaines, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, déclarait qu'il était inutile d'en porter, sauf pour les personnels soignants. Mais depuis vendredi 3 avril, le directeur général de la santé recommande au grand public le port du masque.
Depuis le début de la crise sanitaire, les masques sont au coeur des polémiques. Quelles sont leur nécessité ? Faut-il les porter tout le temps ? Nous protègent-ils ? Il y en aura t-il assez pour tout le monde ? Les débats ont fleuri sur la toile et dans les médias. Et, les positions de chacun, experts ou non, ont évolué au fil de la situation. Et même au sein du gouvernement central...

Il y a encore trois semaines, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, déclarait qu'il était inutile d'en porter, sauf pour les personnels soignants. Mais depuis vendredi 3 avril, le directeur général de la santé recommande au grand public le port du masque.

La France a vécu une importante pénurie de masques, en porter dans la rue était jusqu’à présent aller à contre-courant des préconisations sanitaires françaises. Leur utilisation était réservée à des usages et des populations bien spécifiques : les masques chirurgicaux vendus en pharmacie étaient réservés aux patients contagieux, aux personnes à risque et au personnel soignant. Les masques FFP2, plus sophistiqués, au personnel soignant.
 

Le grand public incité à porter des masques alternatifs


Quant aux masques dits "alternatifs", comme les masques en tissu, ils ont été jugés inutiles par les autorités sanitaires. Mais depuis le vendredi 3 avril, la position de la direction générale de la santé a évolué : leur port est même encouragé.

"Si nous avons l’accès à des masques, nous encourageons effectivement le grand public, s’il le souhaite, à en porter, en particulier ces masques alternatifs qui sont en cours de production", a déclaré Jérôme Salomon, directeur général de la santé, ce vendredi.

"Tout le monde doit faire comme s'il était porteur sain du virus, contaminé. Ce masque ne vous protège pas, c'est un masque altruiste : en couvrant son nez et sa bouche, on évite de disséminer le virus autour de soi.", a expliqué le professeur Yves Buisson, membre de l'Académie de médecine.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live