COVID-19 : La nouvelle stratégie de la direction de la Santé

coronavirus
coronavirus
©CCO wikipedia
Le ministre de la Santé, Jacques Raynal a tenu aujourd'hui sa conférence de presse pour communiquer sa nouvelle stratégie de lutte face au nouveau coronavirus en Polynésie. 
Le ministre de la Santé Jacques Raynal, a rassemblé la presse locale cet après midi à la présidence de la Polynésie française. Il a été question principalement de la nouvelle stratégie que va adopter le direction de la Santé face à l'expansion nouvelle du virus en Polynésie.

Le « Plan COVID fenua » est le nom donné à la stratégie adoptée depuis la réouverture des frontières locales le 15 juillet. Des modifications y ont été apportées. Dans un premier temps, une interprétation différente des chiffres de la covid-19. Ainsi, de nouvelles cases font leur apparition dans les points de situation. On ajoute par exemple les cases « sortie d'isolement », « cas actifs » et « hospitalisations en cours » pour plus de précision. Les points de situation seront désormais donnés de façon hebdomadaires et non plus journalières. Enfin, plus aucun test PCR ne sera réalisé en l'absence de symptômes ou en l'absence de prescription d'un médecin. 

À ce jour, il y a 241 cas actifs et le nombre de cas cumulés depuis le 15 juillet est de 1209. La direction de la Santé s'attend à une sortie de crise au mois de mai 2021. 
La courbe d'évolution du virus pour les prochains mois
La courbe d'évolution du virus selon les estimations de la direction de la Santé

 

Tahiti et Moorea en niveau 3


Le nouveau plan du ministère distingue quatre niveaux d'épidémie. Le premier niveau correspond la présence maîtrisée du virus en Polynésie, le deuxième à la présence de clusters à risque de diffusion. Le niveau trois désigne la situation où le virus circule activement et le dernier niveau, le niveau quatre, signifie que l'épidémie est généralisée. Les îles sous le vent sont placés au niveau trois et le reste des archipels restent au niveau un.  

Pour Tahiti et Moorea, il s'agit d'éviter que les hopitaux soient submergés. Les mesures suivantes sont prévues : la promotion des gestes barrières, des enquêtes du bureau de veille sanitaire plus ciblées sur les clusters à Papeete et la volonté de garder faible le risque de propagation du coronavirus dans les établissements scolaires. 

Il est demandé à toutes les personnes qui ont été testées positives de contacter les personnes avec qui elles sont entrées en contact durant les deux jours précédant leurs symptômes. Les personnes doivent contacter le bureau de veille sanitaire qui pourra autoriser ou non la personne à continuer son activité professionnelle. Autre changement, les cas positifs seront isolés pendant 7 jours au lieu de 10.


Un taux d'absentéisme à l'école au moins deux fois plus élevé 


Le directeur de la direction générale de l'éducation et des enseignements (DGEE), Thierry Delmas, a assuré qu'à la rentrée, les établissements scolaires vont tous rouvrir, avec « tout le monde » sauf les « covid + ». Le nettoyage des surfaces sera renforcé, ainsi que l'aération des classes.

Le directeur de la DGEE se veut rassurant car selon lui, « le bilan que l'on peut dresser, c'est que dans les écoles, la contamination est contenue ». En cas de cas avéré, la fermeture pourra être réduite à 24 h. Des moyens d'isolement seront mis en place pour les élèves en internat. 

 

Nous avons un absentéisme trop élevé. Il faut que les parents renvoient leurs enfants à l'école

Thierry Delmas, directeur de la direction générale de l'éducation et des enseignements

Le taux d'absentéisme a largement augmenté. De 7% normalement, il est passé dans certaines zones à 17%.