Covid : précisions sur les motifs impérieux, les dispositifs et le couvre-feu

coronavirus
edouard fritch / dominique sorain
©Polynésie la 1ère

Ce mardi 25 mai, le président du Pays et le Haut-commissaire ont tenu une conférence de presse pour éclaircir les dernières mesures prises face à la crise sanitaire. Parmi les explications : celles des motifs impérieux levés pour les personnes vaccinées à partir du 9 juin. 

"Depuis le 1er mai, la Polynésie française est le premier territoire au monde à avoir ouvert aux touristes". C'est par ces mots que le Haut-commissaire a commencé la conférence de presse commune avec le président du Pays, ce mardi matin au fare pote de la présidence. Dominique Sorain s'est targué d'avoir réalisé avec le Pays une ouverture ciblée et reponsable. "Nous avons fait le choix d'ouvrir aux passagers des Etats-Unis car le flux est limité en termes de personnes et la campagne de vaccination est très avancée. Aujourd'hui, on compte 150 passagers par vol parmi lesquels 95% sont vaccinés. Pour accompagner cette réouverture, un protocole spécifique a été mis en place".

Un protocole efficace selon le Haut-commissaire puisqu'il rappelle que sur les 6 000 dossiers de voyageurs provenant des USA, 5 000 ont été acceptés. "Il est donc logique de réfléchir aux étapes à venir : une ouverture totale et généralisée à l'Hexagone évoquée lors de la visite du ministre des Outre-mers. Avec comme critère : une immunité collective et une amélioration sanitaire en Métropole". Des conditions aujourd'hui qui ne sont pas encore remplies puisque la situation dans l'Hexagone n'est pas suffisament stable, même si le taux d'incidence continue de diminuer, pour une ouverture totale. Elle permet en revanche l'allégement des dispositifs comme l'entrée sur le fenua pour les personnes vaccinées. Celles qui ne le sont pas restent soumises aux motifs impérieux et à une quarantaine de dix jours. 

 

"L'ouverture au monde entier n'est pas encore à l'ordre du jour. La vaccination est la seule voie pour cette ouverture. Elle n'est pas obligatoire mais se faire vacciner est une responsabilité collective"

Dominique Sorain - Haut-commissaire

 

"L'ouverture au monde entier n'est pas encore à l'ordre du jour. La vaccination est la seule voie pour cette ouverture. Elle n'est pas obligatoire mais se faire vacciner est une responsabilité collective : c'est un moyen de se protéger et protéger les autres. Il est donc logique de permettre à toutes les personnes vaccinées de voyager plus facilement.", a déclaré Dominique Sorain. En attendant, dès le 9 juin, comme déjà annoncé précédement, les déplacements sont facilités entre l'Hexagone et les Outre-mers.

Les personnes vaccinées sont ainsi dispensées de démarches dans les deux sens : Tahiti - France et France-Tahiti. "Mais, elles devront tout de même réaliser un test PCR 72h avant le départ pour la Polynésie, un test antigénique à l'arrivée et un auto-test PCR à J+4. Pour les voyageurs non vaccinés : le déplacement est conditionné à un motif impérieux et soumis au protocole sanitaire soit une quarantaine de 10 jours et des tests de contrôle avant et durant le séjour".

Il est également en réflexion d'intégrer à cet allégement les personnes qui ont eu le covid. Quant aux mineurs qui accompagnent les parents vaccinés, "un mineur ne peut être séparé de son responsable légal, il n'aura donc pas besoin d'être soumis à un motif impérieux. Mais, le Pays a décidé de soumettre les enfants qui ne sont pas vaccinés à une quarantaine".  

 

Déclaration du Haut-commissaire

 

Le 2 juin, un nouveau cadre législatif va être crée par le parlement avec un projet de loi de gestion de sortie de crise sanitaire au niveau national. Les mesures internes seront donc maintenues en attendant la loi pour s'adapter à la situation législative mais aussi à celle du territoire. Le couvre-feu pourrait alors être allégé à partir du 6 juin et débuter à 23 heures au lieu de 22 heures. Ce couvre-feu pourrait être levé fin juin, si la situation sanitaire le permet. L'Hexagone va également ouvrir la vaccination aux plus de 18 ans dès le 1er juin. 

En attendant, mercredi, les autorités vont rencontrer les compagnies aériennes pour évoquer les premières évolutions. Des discussions auront aussi lieu pour unifier et faciliter les déplacements avec le QR Code : "On doit trouver une adaptation technique ici car notre base de données n'est pas la même". Par ailleurs, les autorités réfléchissent également à l'accueil des yatchs de luxe et croisièristes. 

 

Déclaration du Haut-commissaire

 

De son côté Edouard Fritch a rappelé l'importance de se faire vacciner aujourd'hui, quelques chiffres à l'appui :  59% des plus de 75 ans sont vaccinés, 34% de plus de 60 sont pleinement vaccinés, mais seulement 15% des 18 ans et plus. "La vaccination est le seul moyen qui nous protège de la propagation de ce virus. Plus vite, nous serons vaccinés, plus vite nous aurons une vie normale", a déclaré le président du Pays.

Une vaccination importante pour l'économie du Pays. "Cette ouverture annoncée aux passagers européens vaccinés est une bonne nouvelle pour notre Pays. Car attendre, cela signifie plus d'argent public et moins de côtisations sociales et donc moins de recettes". Le Pays a consacré plus de 6 milliards cfp pour le 1er semestre afin de soutenir les secteurs économiques. "Ces moyens financiers s'éteindront d'ici septembre 2021, c'est donc notre intérêt que l'activité économique reprenne pour se substituter à ces aides"

 

Déclaration du président du Pays

 

Concernant le couvre-feu, il est maintenu tel quel. "Tous les maires désirent son maintien dans les conditions actuelles, une majorité de la population aussi" a assuré Edouard Fritch.

Déclaration du président du Pays

 

Le Haut-commissaire a par ailleurs précisé que "le projet de loi sur la sortie de l'état d'urgence permettrait peut-être de repousser le couvre-feu à 23h début juin et éventuellement de le lever fin juin".