Crise sanitaire : pourquoi la venue en Calédonie de l’ancienne Miss France Vaimalama Chaves suscite la polémique

miss
Vaimalama Chaves
©Instagram Vaimalama Chaves
Vaimalama est arrivée à Nouméa pour participer à l’élection de Miss Nouvelle-Calédonie. Mais en période de crise sanitaire, des voix s’élèvent : elle occuperait indûment une place dans une septaine très convoitée.

Miss Tahiti 2018 et Miss France 2019, Vaimalama Chaves serait en septaine gratuite dans un hôtel de Nouméa ? L’information agite les réseaux sociaux. Alors que les places se font rares pour rentrer en Nouvelle-Calédonie, la gestion du sas sanitaire continue de faire débat. 

Un motif impérieux ?

 

A quelques jours du gala de l’élection de Miss Nouvelle-Calédonie, le 21 août prochain, la venue de Vaimalama Chaves peut-elle être considérée comme un motif impérieux ?  
Sa présence, en tous cas, était imposée par les statuts, répond Stella Le Van Hao, présidente du comité Miss Nouvelle-Calédonie, à nos confrères de Calédonie la 1ère. "C’est une obligation contractuelle. On se doit d’avoir une Miss France puisque nous, on est un comité régional pour Miss France, et c’est une image au niveau national". 

Comité Miss Nouvelle-Calédonie 2021
Vaimalama Chaves participera au gala de l'élection de Miss Nouvelle-Calédonie ©Comité Miss Nouvelle-Calédonie


La venue de Vaimalama Chaves est également une chance de promouvoir le tourisme explique Stella Le Van Hao : 

Vaimalama Chaves Itw Stella La Van Hao

L’ex-Miss France compte profiter de son séjour pour promouvoir son album. Et elle n’est pas venue seule. "Son conjoint est là aussi pour travailler et pour faire de la sensibilisation des jeunes dans le milieu du sport cycliste. C’est un champion du monde de trail cycliste" précise Stella Le Van Hao. 

Un manque de place en quarantaine

 

Sauf que dans les hôtels réquisitionnés par le gouvernement pour les mises en quarantaine des passagers, il n’y a plus de places libres pendant des semaines. 
Des Calédoniens rentrant en urgence pour motif impérieux sont contraints d’opter pour une septaine payante. D’autres, comme Guillaume, gravement blessé après un accident en mer, se voient refuser un aller-retour pour une opération en Métropole.
"On a trouvé un super chirurgien qui est vraiment spécialisé dans le domaine du rachis, des cervicales" témoigne sa femme Sarah. "On a fait trois demandes auprès du gouvernement, malheureusement, à chaque fois, on ne reçoit que des refus avec des messages automatiques qui manquent cruellement d’empathie et on se retrouve complètement démunis et désemparés".

Des différences de traitement dénoncées

 

Ces différences de traitement au sein du protocole sanitaire, c’est ce que dénonce Kira Néris, fondatrice du collectif des Néo-Calédoniens bloqués dans le monde. 
"On sait comment ça se passe. L’avion est divisé en certaines places. Il y a des places qui sont imposées par le gouvernement, et c’est du copinage. Et on le sait parce que certains s’en vantent ouvertement" accuse Kira Néris qui précise qu’elle n’en veut pour autant pas directement à Vaimalama Chaves : 

Vaimalama Chaves Itw Kira Néris

Contacté à ce sujet, le gouvernement n'a pas répondu aux sollicitations de Nouvelle-Calédonie la 1ère. 

Il y a quelques mois, la venue d’une autre Miss France en Nouvelle-Calédonie, Marine Lorphelin, avait fait beaucoup fait parler sur les réseaux. Une polémique vite éteinte : l’ancienne reine de beauté, était certes venue rejoindre son compagnon calédonien, mais aussi exercer en tant que médecin, une profession qui vient à manquer en Nouvelle-Calédonie.