Disparition : les opérations de recherche s'arrêtent à 16h

faits divers
Disparition de Matariki : L'arrêt des recherches coordonnées par le MRCC
Disparition de Matariki : L'arrêt des recherches coordonnées par le MRCC ©Polynesie1ere
Le haut commissariat a annoncé ce mercredi 15 août par communiqué, que les opérations de recherche seront arrêtées à 16h.
Communiqué :

Le « JRCC » totalement mobilisé mène depuis lundi matin des recherches aux Gambier et autour de ses îles pour retrouver une femme qui, dans un contexte que l’enquête déterminera, a subitement décidé de partir seule, dimanche après-midi, dans une frêle embarcation, sans moyen d’alerte ni de survie.

Alerté seulement dans la matinée de lundi, le JRCC a aussitôt engagé des moyens aériens qui vinrent en renfort de la forte mobilisation locale des résidents équipés de moyens nautiques, pêcheurs de l’archipel. Après une première phase de recherche, le « Gardian » a poursuivi les opérations le mardi 14 août, en complément des recherches qui étaient engagées par les bateaux de l’archipel associées à des patrouilles terrestres sur différentes îles. Ces recherches ont été menées par la gendarmerie et le « Gardian » en appui des nombreux résidents de l’archipel qui s’y sont joints. Ainsi les zones les plus probables de dérive de l’embarcation furent inspectées, malheureusement sans succès.

En effet, les recherches n’ont jusqu’ici donné aucun résultat ni indice et, sur mes instructions, l’équipage du « Gardian » a maintenu sa présence sur zone, ce mercredi 15 août avec trois navires des Gambier, dans des conditions météorologiques qui se sont nettement dégradées.

C’est le même équipage qui a travaillé sans relâche et les réserves de kérosène de l’archipel qui, sur place, ont été sollicitées à quatre reprises, sont désormais sans capacité opérationnelle. J’ai donc décidé d’interrompre la mission ce jour à 16h00 pour un retour de l’avion en soirée à Faa’a.
 
Je saisis l’occasion de cette triste circonstance qui concerne une personne particulièrement appréciée dans l’archipel et dont nous espérons toujours qu’elle ait pu survivre en se mettant à l’abri après ce qui semble être un acte non réfléchi de désespoir, pour rappeler qu’il est essentiel de prévenir immédiatement le JRCC Tahiti, dès le début d’un évènement en mer considéré comme anormal, en composant de votre téléphone le numéro16 d’urgence (numéro gratuit) ou, si vous êtes en mer, par VHF canal 16 ou HF sur 2182 KHZ et 8291 KHZ. Enfin, lorsd’une sortie en mer, il est indispensable de s’équiper de moyens d’alerte (téléphone, radio VHF, fusées,..) et de survie (gilet, eau, vêtements…), même pour de courtes distances.

Fin du communiqué.

Au téléphone cet après midi, le JRCC a déclaré avoir couvert une zone deux fois plus large que nécessaire. Le service a confié égalamenent être étonné de ne pas avoir trouvé au moins une embarcation dans la zone couverte. Les conditions météorologiques vont prochainement se dégrader. De plus, les appareils déployés sont presque en rupture de carburant. 

Selon le mari, la quarantenaire était partie en mer avec très peu de carburant.  
 
Disparition : les opérations de recherche s'arrêtent à 16h
Les Outre-mer en continu
Accéder au live