EDT relaxée dans l'affaire du jeune mortellement électrocuté

justice
EDT relaxée dans l'affaire du jeune mortellement électrocuté
©Polynésie la 1ère
Le tribunal a relaxé les prévenus dans l’affaire du garçon mort électrocuté en 2017. 
La SA Electricité de Tahiti et six de ses employés étaient poursuivi pour homicide involontaire dans le cadre du drame qui avait eu lieu le 22 décembre 2017, dans une servitude privée de Punaauia. Un  adolescent de 14 ans s’était électrocuté en touchant un morceau de fer qui dépassait d’un coffret électrique.  Selon l’avocat des prévenus, c’est une décision juste mais qui pousse à la réflexion. Ce matin, la présidente du tribunal correctionnel a indiqué que rien ne prouve que la mort de l’adolescent a un lien direct avec les manquements des agents d’Electricité de Tahiti. Le disjoncteur était certes endommagé mais ni la société, ni les agents n’en étaient responsables. L’appareil avait été vandalisé après le dernier contrôle des agents et avant l’accident. Le parquet avait requis dans ce dossier des peines allant de 6 mois à 2 ans de prison avec sursis et une amende de 40 millions de francs pour la société.
 

"EDT réfléchit à comment protéger davantage ses compteurs, bien qu'on soit dans le registre de l'imprévisible"


Robin Quinquis, l’avocat des prévenus, répond à Axelle Mésinèle :
 

"Ce qu'ils ont en tête, c'est qu'il y a un enfant qui est mort"




 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live