Sur le site de Upeke, Emmanuel Macron réitère le soutien de l'Etat à l'inscription à l'Unesco

unesco hiva-oa
Macron au marae Upeke
©Polynésie la 1ère
Au programme du chef de l'Etat lundi matin, la visite du marae de Upeke, qui signifie la femme qui a nourri les autres mères. C'est en compagnie d'une femme, la maire de l'île, qu' Emmanuel Macron a mieux appréhendé l'importance de l'inscription de ce site au patrimoine mondial de l'Unesco.

C'est vers 9 heures que le chef de l'Etat a commencé la visite du site de Upeke, entouré du président du Pays et de la maire de Hiva Oa, Joëlle Frébault. Un marae hautement symbolique puisque qu'il fait partie de l'ensemble marquisien dont la candidature doit être soutenue devant l'Unesco.

Des "guerriers" ont alors entamé une danse, au cours de laquelle ils ont offert un casse-tête au président de la République. Quelques minutes d'une danse martiale pendant laquelle les tatouages marquisiens, différents de ceux des autres îles, ont été mis en exergue.  D'ailleurs aux Marquises, ils s'appellent patutiki, ce qui signifie "inscrire le tiki dans la peau", selon Edgar Tetahiotupa, anthropologue et membre du Centre des nouvelles études sur le Pacifique. Une façon de renforcer l'identification marquisienne.

Macron au marae Upeke
©Polynésie la 1ère

 

Après cette danse, le président Fritch est revenu sur la raison de l'inscription des Marquises au patrimoine mondial de l'Unesco qui, selon lui,  "sont le temple de la culture polynésienne".

C'est à ce moment qu'est intervenu Tauarii, un jeune Marquisien qui a travaillé sur le dossier d'inscription. Il a d'abord remercié le Président Macron pour le soutien de l'Etat dans cette longue quête qui a commencé depuis 25 ans déjà.

Il a surtout expliqué pourquoi le site du marae de Upeke a été choisi car aux temps anciens c'était "le noyau communautaire de l'île, là où se prenaient les grandes décisions". Aujourd'hui, le dossier avance, il en est à sa 3e étape, en "espérant que le Président prendra la bonne décision", celle de l'appuyer devant les instances concernées.

Mais depuis hier, plus personne ne doute du soutien de l'Etat. Edgar Tetahiotupa précise même qu'"au cours de cette 3e étape, des experts internationaux vont venir sur place pour voir la cohérence de ce qui est dit, écrit avec ce qu'ils vont voir".

Macron au marae Upeke
©Polynésie la 1ère

 

C'est alors que Joseph Kahia, maire de Ua Pou, s'est présenté au chef de l'Etat pour dire sa "fierté pour le peuple polynésien", notamment "les hommes, Enana. Nous voulons que notre archipel soit reconnu pour son excellence. La partie technique [du dossier] est faite, il ne reste que la partie politique. Seul le Président peut faire ce geste. Cette âme sur le site de Upeke va se retrouver dans toutes les îles". 

C'est à ce moment qu'il a entamé un orero, repris par d'autres "guerriers" marquisiens :

 

Emmanuel Macron l'a alors remercié "pour le travail effectué et d'avoir su résister [aux interdictions culturelles du passé]. L'engagement pris hier est sérieux, il sera porté jusqu'au bout".

La France portera ce projet à l'Unesco. Vous pouvez compter sur notre engagement plein et entier.

Emmanuel Macron

 

Et d'ajouter que le musée du Quai Branly à Paris pourra coopérer dans cette tâche, une proposition confirmée par son actuel directeur présent lui aussi sur le site, le Calédonien Emmanuel Kasarhérou.

Optimiste pour la suite des événements, Edouard Fritch a plaisanté sur le fait que le Président Macron reviendra ici "en 2025 pour faire la fête !".