Fermés, les professionnels de la coiffure et de l'esthétique se sentent lésés

coronavirus
Coiffeur
©cco Pixabay
L'espoir vient de s’éloigner un peu plus pour les professionnels qui ne peuvent ouvrir leurs portes pendant le confinement : les commerces dits non essentiels. C’est le cas des travailleurs du milieu de la coiffure et de l’esthétique. Ils pointent difficultés financières et différence de traitement.

Avec le confinement, certains commerces dits non essentiels sont obligés de fermer leurs portes. C'est le cas des salons de coiffure et d'esthétique, 160 sur le territoire. Après une année 2020 difficile, ils sont de nouveau face au mur.

Un chiffre d'affaires presque à zéro, et pourtant les loyers qui doivent être payés. Mais ce n'est pas le principal argument du président du syndicat de la coiffure et de l'esthétique. Selon Léo Marais, avec les salariés, cela double ou triple le nombre de personnes touchées par cette mesure. "Les gens qui travaillent dans ce contexte-là et ces actvités seront forcément licenciées. Donc on est très inquiets", dit-il.

Les coiffeurs peuvent tout de même se déplacer à domicile, diront certains. Mais ce n'est pas rentable d'après Muriel qui tient un salon de coiffure. "Le fonctionnement à domicile, tu vas chez quelqu'un, tu mets 1 heure pour aller d'une personne à une autre, ça dépend de la distance. Mais tu te déplaces pour une coupe...Le trajet est long", explique-t-elle.

"Différence de traitement"

 

Mais ce qui révolte le plus ces professionnels, c'est la différence de traitement entre les commerces dits essentiels et les autres, alors qu'ils estiment les risques de transmission du virus plus faibles chez eux. 

"Qu'ils nous laissent travailler parce ce qu'on a tout ce qu'il faut pour travailler dans des conditions d'hygiène, c'est dans nos habitudes, c'est pas depuis le covid, on a toujours travaillé dans de très bonnes conditions d'hygiène", souligne une professionnelle.

Une lueur d'espoir pourtant : le syndicat des coiffeurs et de l'esthétique a rencontré il y a peu les autorités de l'Etat. Une solution serait dans les tuyaux. Elle pourait permettre au secteur d'accueillir les clients dans le cadre de précautions sanitaires adaptées et rigoureuses.

 

Ecoutez le reportage de David Chang :

Commerces non-essentiels