La France commémore le centenaire de l'armistice

commémorations
La France commémorait le centenaire de l'armistice
©AFP
Auprès d'Emmanuel Macron, quelque 70 dirigeants dont Vladimir Poutine, Donald Trump et Angela Merkel, ont célébré, dimanche 11 novembre à Paris, le centenaire de la signature de l'armistice du 11 novembre 1918.

 
Cette cérémonie a débuté par la réception, à l'Elysée, de plus de 70 chefs d'Etat ou de gouvernement à l'Elysée, parmi lesquels le président turc Recep Tayyip Erdogan et la chancelière allemande Angela Merkel. En revanche, Donald Trump et Vladimir Poutine ont décliné cette invitation à l'Elysée pour des questions de sécurité et rejoint leurs homologues directement à l'arc de triomphe. Sous une pluie battante, ils ont ensuite rejoint l'arc de triomphe en marchant quelques dizaines de mètres sur les Champs-Elysées.
 
armistices paris
©AFP

Si Donald Trump a esquivé le passage à l'Elysée pour des questions de sécurité, son convoi a tout de même été perturbé. Trois militantes Femen ont forcé le dispositif de sécurité au passage du cortège officiel des commémorations du 11-Novembre à Paris, au moment où la voiture du président américain Donald Trump remontait les Champs-Elysées. Elles ont été interpellées par la suite. 
 
Pour célébrer la paix et la fin de la Première Guerre mondiale, les églises de France ont fait sonner leurs cloches à toutes volées durant onze minutes, à 11 heures précises, ce dimanche 11 novembre 2018. S'en est suivi le spectacle tant attendu des avions de la Patrouille de France, qui ont survolé les dirigeants installés sous l'arc de triomphe, laissant dans leur sillage un panache bleu blanc rouge, et dans le bon ordre, contrairement aux dernières cérémonies du 14-Juillet. 
 

Eloge du patriotisme


"Souvenons-nous. N'oublions pas !" Emmanuel Macron a rendu hommage, dimanche 11 novembre, à "ceux qui sont morts pour nous". A l'occasion des commémorations du centenaire de l'armistice de 1918, le chef de l'Etat a prononcé un long discours devant la tombe du Soldat inconnu, en présence de 72 responsables étrangers, parmi lesquels Vladimir Poutine, Donald Trump et Angela Merkel. 

"Additionnons nos espoirs au lieu d'opposer nos peurs", a ensuite exhorté Emmanuel Macron, appelant au "combat pour la paix" en refusant "le repli, la violence et la domination". Le président français a appelé ses homologues à "faire le serment des nations de placer la paix plus haut que tout".
Le chef de l'Etat a également fait l'éloge du patriotisme des combattants de la Grande Guerre, estimant que celui-ci est "l'exact inverse du nationalisme". "Le nationalisme en est la trahison", a-t-il expliqué. 


Le Soldat inconnu


Sous le regard des chefs d'Etat, Emmanuel Macron a ravivé la flamme du Soldat inconnu, sous l'arc de triomphe. Il était accompagné d'une dizaine de lycéens formant une chaîne du souvenir. Dans la foulée, la sonnerie "Aux Morts" a résonné et l'assistance s'est figée pour une minute de silence. Cette dernière a finalement été rompue par la sonnerie au clairon du "Cessez le feu".

Les dirigeants sont ensuite montés dans des bus (sauf Donald Trump et Vladimir Poutine, qui ont repris leur convoi) pour rejoindre l'Elysée, avant un déjeuner dans les salons donnant sur le parc. Leurs conjoints ont été reçus dans le même temps au château de Versailles.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live