Handicap : "les mentalités doivent encore évoluer"

handicap arue
Personnes en fauteuils roulants
©Polynésie La 1ère
Samedi 5 décembre, marque la 28e journée internationale en faveur des personnes ayant un handicap. Elle vise à promouvoir la compréhension des questions de handicap et à mobiliser le soutien pour la dignité, le droit et le bien être des personnes. 
Samedi 5 décembre, marque la 28e journée internationale en faveur des personnes ayant un handicap. Elle vise à promouvoir la compréhension des questions de handicap et à mobiliser le soutien pour la dignité, le droit et le bien être des personnes. 

Les problèmes que ces dernières rencontrent sont souvent liés à l’accessibilité des lieux et places publiques, notamment pour ceux qui se déplacent en fauteuil roulant.

Nicolas Suire a rencontré l’un d’entre eux : Akim Chung Si Nam, secrétaire du service social de la mairie d'Arue
Une rampe de moins de dix centimètres de hauteur, a été mise en place au mois de septembre 2020. C’est la première du genre à la mairie d’Arue. Elle permet aux personnes en fauteuil roulant d’accéder à la salle du conseil. Akim, employé municipal, doit y accéder car c’est un lieu de travail et c’est aussi là où se déroulent des manifestations organisées par son service. Y pénétrer lui a toujours requis un effort. Alors, Akim attendait ce petit aménagement depuis son embauche, il y a 15 ans.

"Cette rampe est la première d’une série" assure Madame le maire.
 
Pouvoir se déplacer librement dans les lieux publics ou simplement sur la chaussée est une autre de ses batailles. Certains après-midi, Akim s’exerce à la roulade, un entraînement pour le va’a. Fréquemment, des voitures, garées sur le trottoir, le gênent dans son activité.
 
Ce parcours, il le sillonne depuis quatre ans. Pourtant les incidents se répètent. Les mentalités doivent encore évoluées.
 
Et puis, il y a ces déformations des trottoirs, insignifiantes pour les valides, parce qu’ils peuvent facilement les éviter. Bien plus difficiles à contourner pour les personnes en fauteuil roulant. Ainsi, le constat est clair : il faut encore mobiliser le soutien pour la dignité, le droit et le bien être des personnes ayant un handicap.