Le haut débit aux portes des Marquises et des Tuamotu

internet tahiti
Lenteur d'internet dans les îles : le ras-le-bol se transforme en pétition
©DR
Le projet de câble sous marin reliant Tahiti à certaines îles des Archipels a été abordé par la commission permanente de l’Assemblée qui attend un soutien financier de l’état.


La commission permanente de l’Assemblée a fait son retour aujourd’hui. Parmi les nombreux sujets abordés, la question du projet d’extension du câble sous-marin aux îles Marquises et aux Tuamotu. Un projet soutenu par Teapehu Teahe, membre du RMA.

Pour l’instant le projet est à l’étude. Une étude qui coûte 250 millions de CFP, financée à parts égales par le Pays via l’OPT et l’Etat via le fonds exceptionnel d’investissement.

Si le projet n’en est qu’au stade d’étude, sa réalisation changera la vie de beaucoup d’habitants des îles. Le câble sous marin, bien plus résistant qu’une liaison satellite, et bien moins sujet aux bouleversements climatiques et électromagnétique, permettrait aux îles une connexion internet sans précédents.

Les iles concernées par ce projet qui les reliraient à Tahiti, sont les îles Marquises : Nuku Hiva et Hiva Oa, certaines îles des Tuamotu : Rangiroa, Manihi, Takaroa, Arutua, Fakarava, Kaukura, Makemo et Hao.

Des îles qui, une fois reliées, transféreront par faiseaux hertziens (onde aérienne) leur connexion aux motu les plus proches. Nuku Hiva transférera par voie hertzienne à Ua Pou et à Ua Huka. Hiva Oa transféra ses ondes à Tahuata et à l’ile de Fatu Hiva qui fera l’objet d’une étude spécifique. Rangiroa desservira Tikehau, Manihi amènera la connexion à Ahe, pour Takapoto, ce sera la connexion de Takaroa qui sera utilisée. Arutua transmettra à Kaukura et Fakarava à Faaite. Pour l’île d’Amanu, ce sera la connexion de Hao.

Un projet titanesque qui va permettre de réduire la fracture numérique entre Tahiti et les îles concernées.
Pour toutes les iles qui ne seront pas reliées, leurs débits devraient également augmenter puisque la distribution satellitaire sera concentrée sur ces dernières.

Un investissement de plus de 6 milliards de CFP. Un montant considérable. C’est pourquoi le groupe de l’assemblée, «Rassemblement pour une majorité absolue » demande à l’état de participer au financement du projet en soutenant l’importance de régler le problème de la connexion internet dans les îles.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live