"Heifara Wakea" fait la promotion de l'armée de l'air et de la Polynésie

océan pacifique
Opération Heifara
©Armée de l'air
L'armée de l'air a mis en ligne une vidéo retraçant l'incroyable opération Heifara Wakea avec 3 avions Rafale dans le ciel polynésien. De magnifiques images. C'était en juin dernier. Ensuite, ces avions français sont partis à Hawaii poursuivre cette manoeuvre avec l'US Air Force.

Belle promotion pour l'armée de l'air et la Polynésie à travers ce magazine video d'une quinzaine de minutes retraçant l'opération Heifara Wakea en juin dernier à Tahiti.

"Une véritable aventure au bout du monde, où l'armée de l'Air et de l'Espace a démontré sa capacité à projeter un dispositif à plus de 17 000 km de la France et en moins de 48 heures. Dans le Pacifique, des Rafale ont mené pour la première fois des exercices dans le ciel polynésien", écrit l'armée pour présenter cette manoeuvre hors du commun.

Opération Heifara
©Armée de l'air

 

Au sol, un militaire polynésien, mécanicien aéronautique, déclare même qu'"emmener 3 Rafale sur Tahiti, c'est une chose qui ne s'est jamais faite". Le général Louis Pena, commandant de l'opération, explique "qu'on a vraiment porté les avions, les équipages à des limites pas forcément évidentes...on sait qu'en cas de nécessité, on peut le faire...soyez assurés, concitoyens polynésiens à 17 000 km de Paris, on viendra vous protéger comme on le ferait à Lyon ou à Marseille".

Au bout d'une semaine, cette opération s'est déplacée à Hawaii pour un "travail de coordination et de coopération avec eux [les Américains], les Rafale ont travaillé avec les F22", précise le lieutenant-colonel Antoine, responsable des opérations en vol.

Opération Heifara
Un F22 de la chasse américaine. ©Armée de l'air

 

Le but de l'exercice, outre la coopération, "travailler dans le même sens pour les opérations communes, être à l'aise tous ensemble pour faire des missions conjointes", ajoute le lieutenant-colonel Antoine.

Dans les airs, la manoeuvre conjointe avec l'armée américaine s'est donc bien déroulée.

Sauf que quelques mois plus tard, en septembre, les diplomaties américaine et australienne ont quelque peu torpillé cette belle coopération, sous l'eau cette fois-ci...