L'emploi, pièce manquante de la reprise

finances
Timide reprise de l'économie
Timide reprise de l'économie ©Polynésie 1ère
L'Institut d'Emission d'Outremer (IEOM) relève "de nouveaux signes d'amélioration" de l'économie de la Polynésie en 2015. La confiance des investisseurs semble de retour dans tous les secteurs à l'exception de celui de la perle. Les créations d'emplois insuffisantes plombent  toutefois la reprise.
L'Institut d'Emission d'Outremer enregistre une reprise progressive de l'activité économique dans les outremers et la Polynésie n'échappe pas à cette tendance. La plupart des secteurs progressent ou se stabilisent et seul les mauvais chiffres du chômage entâchent les frémissements d'une sortie de crise.

L'emploi, pièce manquante à la reprise
L'emploi, pièce manquante à la reprise ©IEOM

Finances publiques :
La note de la Polynésie française relevée à BBB- par Standard & Poor’s L’agence de notation Standard & Poor’s a relevé la note de la Polynésie française de BB+ à BBB- avec une perspective stable. Parmi les facteurs de cette décision figure la stabilisation de la situation politique, laissant prévoir une amélioration des performances budgétaires et une réduction de l’endettement du Pays plus importantes qu’anticipées. L’agence de notation souligne l’accès restauré de la Polynésie française aux sources externes de financement, susceptible de renforcer la situation de liquidité du Pays, mais juge que cette dernière demeure « insatisfaisante ». De même, elle note une amélioration du ratio de couverture du service de la dette, qui reste toutefois à un niveau jugé faible. Standard & Poor’s indique également que la note du Pays reste contrainte par une gouvernance et une gestion financières faibles, ainsi que des engagements hors bilan très élevés.
 
Dépenses publiques :
la Chambre territoriale des Comptes publie son rapport d’activité annuel La Chambre territoriale des Comptes de Polynésie française a publié, en mai, son rapport d’activité 2015. Pour le Territoire, le rapport fait état d’une situation budgétaire et financière mieux orientée, mais « ni assainie, ni satisfaisante », appelant la poursuite de réformes structurelles de ses dépenses et ses recettes, notamment fiscales. Par ailleurs, la Chambre territoriale juge la situation budgétaire de la commune de Papeete « dégradée » et la fiabilité de ses comptes « défaillante ». Enfin, concernant le contrôle de l’opérateur principal du secteur des télécommunications, le rapport souligne les avancées indéniables en matière numérique, tout en rappelant que le niveau de service reste inégal entre les îles de la Société et les autres archipels. Il signale également que la transition vers l’ouverture à la concurrence du secteur, favorisée par un cadre réglementaire incitatif, s’est faite avec grandes difficultés, tout en notant un changement d’orientation depuis 2013.
 
Contrat de Projets :
360 millions de F CFP accordés par le Pays pour la sécurisation de lotissements de l’OPH Le conseil des ministres a validé la subvention de 360 millions de F CFP accordée par le Pays, dans le cadre du Contrat de Projets 2015-2020, pour la sécurisation des lotissements de l’Office Polynésien de l’Habitat (OPH). Cette opération, qui repose sur un soutien financier équivalent de l’État, inclut la sécurisation électrique et la rénovation du réseau d’assainissement de ces lotissements. Par ailleurs, une sixième opération de construction de logements sociaux réalisée dans le cadre du Contrat de Projets a été inaugurée en mai à Toahotu (Tahiti). Ces vingt logements, représentant 514 millions de F CFP d’investissement, ont été financés conjointement par le Pays (247 millions de F CFP), l’État (186 millions de F CFP) et l’OPH (81 millions de F CFP) via un prêt accordé par l’Agence française de développement.
 
Logement social :
Avis favorable du CESC sur le projet de loi Habitat Le Conseil économique, social et culturel (CESC) de Polynésie française a émis, en mai, un avis favorable au projet de loi du Pays, qui précise les conditions d’intervention des organismes de logement social (OLS) privés agréés par le Pays depuis 2014. Le texte précise également les aides financières pouvant être accordées à ces opérateurs qui, outre le dispositif national de défiscalisation relatif à la construction de logements sociaux, pourront bénéficier d’une aide du Pays plafonnée à 20 % du coût de construction du projet, sous forme de mise à disposition d’assises foncières, d’exonération fiscale ou de subvention directe, sous réserve de disponibilités budgétaires.
 
Code de commerce :
Projet de loi sur la dissociation des fonctions de Président-Directeur Général Le Conseil des ministres de Polynésie française a présenté, en mai, un projet de loi visant à accorder aux sociétés anonymes la possibilité de dissocier les fonctions de président de conseil d’administration et de directeur général. Seules les sociétés d’économie mixte créées par la Polynésie française bénéficient actuellement de cette possibilité. Ce projet, qui passe par la modification du code de commerce polynésien, est une transposition d’une disposition de la loi nationale du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (dite loi « NRE »). Par ailleurs, le projet de loi inclut l’application d’une modification du code monétaire et financier métropolitain de mai 2015, qui interdit dorénavant le cumul des fonctions de président du conseil d’administration et de directeur général pour les établissements de crédit (sauf dérogation accordée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution).
 
Tourisme :
Le groupe samoan Grey Investment s’intéresse au groupe Tahiti Nui Travel Un protocole d’accord pour le rachat partiel du groupe Tahiti Nui Travel par le groupe samoan Grey Investment a été signé début mai. Ce protocole, soumis à l’Autorité polynésienne de la concurrence, pourrait en cas d’approbation déboucher sur un accord définitif de transaction en juin prochain. Cet investissement viendrait s’ajouter aux quatre précédentes acquisitions du groupe samoan dans le secteur touristique polynésien : celui de l’hôtel Le Méridien à Tahiti en 2012, ainsi que le rachat des murs de trois hôtels de l’enseigne Sofitel du groupe AccorHotels (deux à Bora Bora et un à Moorea) en décembre 2015.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live