Les masseurs à l'huile de cannabis en partie relaxés

justice
Cannabis : trafiquant ou thérapeute, la justice doit trancher
©Polynésie la 1ère

En comparution immédiate ce lundi 21 juin, le couple de Mahina qui proposait des massages à l'huile de cannabis, a été partiellement relaxé pour trafic. Ils écopent tous les deux de peines avec sursis pour usage et consommation.

Jugés en comparution immédiate ce lundi 21 juin, au tribunal de Papeete, le couple qui proposait des massages à l'huile de cannabis a été relaxé de la majorité des chefs d'accusation, à savoir importation, transport, détention, offre et acquisition de stupéfiant. La justice le condamne à des peines de 2 et 6 mois de prison avec sursis et une amende pour usage et consommation de cannabis, en-dessous des réquisitions.

A Mahina, tous les deux prétendaient agir pour "soulager les gens". Mais pour cela, ils cultivaient et utilisaient des produits dérivés du cannabis. Lui importait des graines puis produisait et vendait sa propre huile de cannabis dans des fioles. Sa compagne est masseuse. 

L'affaire, qui aurait pu être banale, prend pourtant un tournant politique en raison du débat actuel autour du cannabis thérapeutique. Si, au regard de la réglementation actuelle en vigueur, le cannabis thérapeutique est illégal, leur avocat a insisté sur le fait que les prévenus n'agissaient pas dans une démarche de trafiquants.