publicité

La Polynésie manque d'un institut médico-légal

Quasiment tous les hôpitaux du monde disposent d'une structure pour accueillir les victimes de violences conjugales. Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la Justice a assuré samedi 20 juillet qu’un institut devait voir le jour à Tahiti. 

© Polynésie la 1ère
© Polynésie la 1ère
  • Polynésie la 1ère ; SD
  • Publié le
Depuis la mise en oeuvre de la réforme de la médecine médico-légale en 2010, toutes les régions de France disposent d'un institut médico-légal qui permet aux hopitaux d'accueillir les personnes victimes de violences conjugales hormis en Polynésie et en Calédonie.

Conséquence en Polynésie, aucun outil ne permet de suivre normalement les femmes battues, ni de les recenser, comme nous le montre ce reportage de Brigitte Olivier et Vito Tapao.

En attendant, la Garde des Sceaux a insisté sur les alternatives qui existent en Polynésie pour les femmes qui portent plainte.
 
La Polynésie en manque d'un institut médico-légal

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play