Premier décès lié au coronavirus à Fidji

océan pacifique
coronavirus
Les autorités fidjiennes ont annoncé vendredi un premier décès dû au coronavirus, tout en affirmant que l'archipel n'était pas en proie à une épidémie de grande ampleur, qui pourrait s'avérer catastrophique.
Le ministre fidjien de la Santé Ifereimi Waqainabete a précisé que le défunt était un homme de 66 ans qui avait été testé positif à son retour d'Inde, où il était parti pour une opération liée à une maladie cardiaque.

"Malheureusement, en dépit de tous les efforts de nos professionnels de santé, ce monsieur est décédé hier alors qu'il était à l'isolement à l'hôpital de Lautoka, du fait de complications du Covid-19", a déclaré M. Waqainabete.

Il faisait partie des neuf cas confirmés de coronavirus qui avaient été placés en quarantaine depuis leur retour d'Inde le 1er juillet.

Auparavant, les Fidji étaient demeurées sans aucun cas pendant quatre semaines, les 18 personnes qui avaient auparavant contracté le Covid-19 s'étant alors toutes rétablies.

Les Fidji et d'autres nations insulaires du Pacifique étaient au début de la pandémie considérées comme faisant partie des plus vulnérables en raison de la faiblesse de leurs infrastructures de santé et de la prévalence de maladies comme le diabète et les problèmes cardiaques.

Mais tous les pays de la zone ont été prompts à fermer leurs frontières et à cesser d'accueillir les touristes. Autant de décisions coûteuses pour leurs économies.

M. Waqainabete a affirmé que le défunt et les huit personnes infectées avaient "zéro interactions" avec la population fidjienne.
"Dans de nombreux pays, l'annonce d'un premier décès dû au virus augure de l'intensification de l'épidémie", a-t-il dit.
"Ce n'est pas le cas aux Fidji. Le virus n'est pas présent dans la population fidjienne, et il n'y a pas de risque de contamination pour la population fidjienne.", a-t-il affirmé.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live