Quand les prêtres célèbrent des messes de Noël insolites

insolite
Le prêtre Nicolas Guillou
Le prêtre Nicolas Guillou avec un sabre Star Wars lors de la messe de Noël, à Saint-Eblon, le 24 décembre 2015. ©NICOLAS GUILLOU
Le soir du 24 décembre, la messe de Noël est synonyme de religion, tradition... et d'innovation. Star Wars, selfie avec Jésus, patins à glaces... Depuis quelques années, plusieurs prêtres multiplient les fantaisies.
Qui a dit que la messe de Noël était une tradition dépassée ? Selon une récente enquête de BVA, environ 18% des Français comptent se rendre à l'église le soir du 24 décembre. Pour se maintenir à la page, et tenter d'attirer plus de fidèles, les prêtres rivalisent de fantaisie et d'originalité.

Des campagnes de com' audacieuses


Pour attiser la curiosité des Français, la paroisse de Narbonne (Aude) a misé sur l'humour. En 2009 et en 2010, elle a lancé une campagne publicitaire sur le thème du rugby. Objectif : inciter les fidèles à assister à la messe de Noël et promouvoir le rôle de l'Eglise. Quelques jours avant le 24 décembre, des affiches colorées et humoristiques ont tapissé une cinquantaine d'abribus de la ville. Un prêtre en soutane qui joue au rugby, des slogans religieux sous forme de métaphores sportives, la paroisse a joué le jeu jusqu'au bout.

Campagne publicitaire pour la messe de Noël, à Narbonne - décembre 2010
Campagne publicitaire pour la messe de Noël, à Narbonne - décembre 2010 ©AFP

En 2012, elle a renouvelé l'expérience, en misant sur les nouvelles technologies. Après le rugby, place aux énigmes : "Qui est tout de rouge et de blanc vêtu et que vous verrez la nuit de Noël ?" Pour répondre, les fidèles ont utilisé le flashcode de leur smartphone et se sont rendus sur le site Lanuitdenoel.fr. Où ils ont découvert que non, ce n'est pas le père Noël qui les attendrait le soir du 24... mais plusieurs prêtres de la paroisse de Narbonne.

Des lieux atypiques


Pour attirer les fidèles, certains prêtres ont décidé de délocaliser la messe. Cette année, à Paris, pour la 43e fois consécutive, le cirque Alexis Gruss s'apprête à accueillir une  messe de minuit sous son chapiteau. Plus de 3 000 personnes sont attendues.

Des prêtres célèbrent la messe de Noël sous le chapiteau du cirque Gruss, le 24 décembre 2005.
Des prêtres célèbrent la messe de Noël sous le chapiteau du cirque Gruss, le 24 décembre 2005. ©JEAN AYISSI / AFP

A Lyon, les homélies de Noël se feront sur la glace, à la patinoire. Au programme : une messe, mais aussi des représentations de patinage artistique, des chants religieux pop-rock et des boissons chaudes. Un événement que la paroisse de Lyon Centre annonce sur Twitter depuis le début du mois.


 


Des prêtres déjantés 


A défaut de lieux originaux, certains prêtres optent pour une animation décalée et des accessoires surprenants. L'année dernière, dans le village de Saint-Erblon (Ille-et-Vilaine), le prêtre Nicolas Guillou a célébré la messe de Noël avec... un sabre laser.

Il a ponctué son homélie de références à la saga Star Wars, une semaine après la sortie du 7e épisode au cinéma. "Que la force de Jésus soit avec vous", a-t-il déclaré aux fidèles. Avant de prendre des selfies de l'enfant Jésus, présent dans la crèche de l'Eglise, et de les poster sur Twitter avec le hashtag #payetonselfiejesus.

Mais attention à ne pas pousser la plaisanterie trop loin. En décembre dernier aux Philippines, un prêtre a décidé d'entonner les chants de Noël sur un hoverboard, une sorte de skateboard électrique. Si la plaisanterie a amusé les internautes sur Twitter, elle n'a pas beaucoup plu à l'Eglise. Bilan : le prêtre a été suspendu.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live