Hélicoptère à Raiatea : "Seul le droit a été appliqué, en toute humanité" répond l'Etat

coronavirus raiatea
Le Haut Commissariat en Polynésie française
Le Haut Commissariat en Polynésie française ©CC0 wikimedia commons / Sage70
"Aucune faveur n'a été accordée" pour ce déplacement privé en hélicoptère vers Raiatea, affirme le Haut-commissariat, qui rappelle qu'il est autorisé de se déplacer pour motif familial impérieux.
Interpellé par la maire d'Uturoa, Sylviane Terooatea, qui s'interrogeait sur la venue d'un hélicoptère transportant deux personnes de Tahiti sur son île de Raiatea, mardi, le Haut-commissariat lui a répondu en milieu de journée ce mercredi par la voie d'un communiqué.

"Certains se sont émus du déplacement récent d’une famille auprès d’un proche en fin de vie à l’hôpital d’Uturoa. Aucune faveur n’a été accordée, seul le droit a été appliqué, en toute humanité", affirme le Haut-commissariat.

"En effet, les textes qui organisent le confinement général en Polynésie française prévoient la prise en compte des situations individuelles exceptionnelles telles que le motif familial impérieux (décret n°2020-293 du 23 mars 2020) afin d’adapter les règles encadrant les déplacements, notamment lorsque des familles sont en souffrance".

"Dans ce cadre, toutes les précautions sanitaires ont été prises pour que ce type de déplacement, exceptionnel, s’effectue en toute sécurité d’un point de vue sanitaire mais également en matière d’ordre public. Ce type de déplacement ne peut, par ailleurs, s’effectuer que dans le respect des règles prises par les structures hospitalières", précisent les autorités de l'Etat. 

"La situation de crise que nous vivons doit amener chacun à une attitude responsable qui ne laisse pas de place à des polémiques bien éloignées de nos traditions familiales et de la volonté largement partagée des polynésiens d’être solidaires pour surmonter, tous ensemble, les épreuves que l’épidémie du coronavirus nous impose." conclut le Haut-commissariat.

Un vol privé réglé par la famille

Deux personnes, qui venaient rendre visite à une proche en fin de vie, étaient à bord de cet hélicoptère, qui s'est posé mercredi à Uturoa et qui disposait de l'accord du Haut-commissariat pour décoller. Cet aller-simple, effectué par la société Tahiti Nui Helicopters, aura coûté la somme de 711 000 francs, payée intégralement par la famille.

L'hélicoptère de TNH, qui sera amené à réaliser des evasans dans le cadre de l'épidémie de Covid-19, est déjà équipé d'une paroi de sécurité transparente qui isole le pilote de ses passagers.

Les deux personnes venues de Tahiti se sont aussitôt placées en confinement à Taputapuatea. 
 
Hélicoptère à Raiatea : « seul le droit a été appliqué en toute humanité » répond l’Etat
Les Outre-mer en continu
Accéder au live