Blessé et seul, un surfeur sauvé par son SOS

surf
S.O.S d'un surfeur en détresse
©Instragram

Mercredi 17 février, alors qu'Auckland en Nouvelle-Zélande est encore confinée, Ben Searancke a été sauvé d'un accident de surf qui aurait pu lui coûter la vie. C'est grâce à son message dessiné sur le sable qu'il a pu être sauvé à temps. 

Le surfeur de 43 ans se trouvait seul sur la plage de Karekare Beach au sud de Pihia, un spot réputé des amateurs de glisse, quand l'accident est arrivé. Surpris par une vague, il perd sa planche et se retrouve emporté dans un rouleau. Il se heurte aux rochers de la baie et se blesse. Malgré tout, il arrive à atteindre le rivage mais s’échoue à Mercer Bay sur une plage isolée au nord.

Gravement entaillé à la jambe, il entame un périple de deux heures pour tenter de rejoindre Karekare Beach. Sa blessure l’empêche d’avancer. Désespéré et face à lui-même, le surfeur trace dans le sable les initiales H.E.L.P. Ben Searancke est pris de panique, par chance, son message est intercepté par deux joggeuses, Vanessa Ingraham et Dace Kalnina. 

Les deux femmes n’ont pas directement saisi le message, elles ont d’abord pensé que Ben s’amusait à écrire "Hello", ont-elles rapportées au quotidien The New Zealand Herald.

 

Lorsqu'elles ont compris que le surfeur était en danger, Vanessa et Dace ont donné l'alerte. Searancke a rapidement été secouru par des sauveteurs du United North Piha Surf Club et tranpsorté à l'hôpital. Après quelques jours de silence, il s'est exprimé sur les réseaux "Je viens de vivre une expérience pénible, et ma femme et moi venons d'avoir un nouveau-né - âgé de 5 jours - alors en me réveillant ce matin, je me sentais très reconnaissant et chanceux d'être en vie." confie le surfeur qui témoigne de sa gratitude également envers les secours.

 

 "Merci à l'équipe d'intervention d'urgence, au personnel de l'hôpital, mais surtout au Club de sauvetage de Surf, qui m'a trouvé et qui est venu me chercher. Cela montre à quel point leurs services et leur organisation est importante. Sans eux, je ne serais peut-être pas ici aujourd'hui."

Ben Searancke


Il rappelle également qu’il est primordial de ne pas surfer sans surveillance et que tous les sport ne sont pas sans danger. 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live