1 décès supplémentaire et 239 nouveaux cas de covid en 24 heures

coronavirus tahiti
1 décès supplémentaire et 239 nouveaux cas de covid en 24 heures
La 2e vague est bien là. 1 nouveau décès est à déplorer et 239 nouveaux cas sont dénombrés en l'espace de 24 heures. En cause, le variant Delta, extrêmement contagieux. Dans certaines régions de France et d'outre-mer, le mot d'ordre est au reconfinement.

1 décès supplémentaire et 239 nouveaux cas en 24 heures, soit une augmentation de 60 % ! La 2ème vague balaie la Polynésie. Parmi ces nouveaux cas, la plupart ne sont pas vaccinés

En seulement 15 jours, de 0 cas les hospitalisations sont passées à 29, dont 6 en réanimation. C’est dire la rapidité de propagation du variant Delta. La directrice du CHPF, Claude Panero, compte faire passer à 53 le nombre de lits covid dans les prochains jours. Actuellement, leur nombre est de 37. Elle anticipe déjà une nouvelle crise en recrutant de nouveaux personnels et en rappelant ceux qui sont en congés. Malheureusement, comme l'épidémie repart partout en France et dans les outre-mer, il est difficile d'attirer ici les personnes qualifiées.

Crainte d'une saturation

 

Ce que l’hôpital craint le plus, c’est la saturation… Alors pour l’éviter, le Président Macron n'a cessé de le répéter lors de sa visite : « Vaccinez-vous ! ». C’est aussi ce que conseillent les professionnels de santé.

Aujourd'hui, 80 à 90% des médecins sont vaccinés, 65% chez les infirmiers et 45% chez les aides soignants. Mais à peine 26% de la population sont complètement vaccinés, soit 73 169 personnes. 86 637 ont reçu leur injection.

Deux vaccinodromes seront prochainement installés. Un le 31 juillet à la mairie de Punaauia, et un autre le 7 août à la Présidence.

Si la vaccination empêche de faire des formes graves de la maladie, elle n’empêche pas de l’attraper. D’où l’importance de maintenir les gestes barrières.

 

Ecoutez le reportage de Mereini Gamblin :

Flambée cas covid

 

1 décès supplémentaire et 239 nouveaux cas de covid en 24 heures
©Direction Santé

 

Regardez le reportage de Nicolas Suire :