polynésie
info locale

10 vols en moyenne par mois dans les boutiques du centre ville

sécurité tahiti
vols1
Les steward urbains reçoivent les plaintes mais ne peuvent les traiter ©P.1ère
Le chiffre paraît anodin et qualifié de "stable" par les forces de l'ordre. Il correspond uniquement au nombre de vols "à l'arraché" et déclarés à la DSP. Dans les 488 boutiques du centre ville pourtant, le sentiment d'insécurité est grandissant.
Laurence est patronne d'un salon de coiffure. Elle s'est fait cambrioler au centre Vaima "un jeune homme assez sportif a pris l'argent du pourboire des filles, il est parti en courant, on n'a pas pu le rattraper. Il y a de l'insécurité en ville, il y a beaucoup de jeunes au centre ville laissés à l'abandon, ceci explique peut-être cela".

Pour Cyril, responsable du cyber-café du Vaima, "oui, le vol est une réalité dans ce centre commercial. On s'est fait voler notre caisse enregistreuse, les voisins aussi. Il faut crever l'abcès car c'est un véritable problème de société qui a tendance à se développer".

10 vols en moyenne par mois dans lmes boutiques du centre ville

Reportage de Lai Temauri / Tepiu Bambridge / Gilles Hucault
+ Mario Banner, chargé de mission auprès du directeur de la sécurité publique
10 vols en moyenne par mois dans les boutiques du centre ville

Un sentiment d'insécurité

Tous les jours, il y a des vols au centre ville, de la rue Cook au giratoire de la base marine où se situent 488 boutiques. Depuis 5 ans, la chambre de commerce a mis en place les "steward urbain", leur mission informer les touristes et faire le relais des commerçants. Mais ces derniers mois cette mission est devenue leur principale préoccupation: Ils répertorient les délits et les transmettent à la police municipale.

Pourtant, les statistiques relevées à la DSP restent stables: autour d'une dizaine de vols à l'arraché déclarés chaque mois. Parfois les auteurs des faits sont rattrapés par les commerçants eux mêmes. La police affirme avoir "mis en place des patrouilles pédestres renforcées les mercredis et vendredis à partir de midi" en plus des 3 ou 4 véhicules qui sillonnent la ville"

Publicité