polynésie
info locale

Agression à Papeete : l'adolescent a reconnu les faits

faits divers tahiti
Agresison
C'est dans ce quartier de la cathédrale à Papeete que le garçonnet a été agressé, mercredi 17 juin. ©Google Map
Un adolescent a été arrêté suite à l'agression d'un collégien, mercredi 17 juin, dans le quartier de la cathédrale à Papeete. Placé en garde à vue ce vendredi, le jeune homme de 13 ans a reconnu les faits.
Un jeune homme a été arrêté ce vendredi 19 juin par la police municipale d'Arue. Soupçonné d'avoir participé à l'agression d'un garçonnet de 12 ans, mercredi 17 juin, dans le quartier de la cathédrale à Papeete, l'adolescent a ensuite été pris en charge dans la matinée par la DSP avant d'être placé en garde à vue. L'agresseur présumé du jeune garçon a aussitôt reconnu les faits. Selon ses dires, cet après-midi là, il errait avec une bande de copains dans les rues de Papeete avec pour but de "taper quelqu'un".

Âgé seulement de 13 ans, le jeune homme a fait l’objet d'une COPJ, c'est-à-dire une convocation par Officier de Police Judiciaire. Il devrait donc être convoqué devant le juge des enfants en septembre prochain. En attendant, l'adolescent a été remis en liberté. Deux autres jeunes hommes ont également été interpellés dans le cadre de cette affaire. Lors de leur audition devant les policiers, ces derniers ont désigné l'adolescent de 13 ans comme étant le seul à avoir porté des coups à la jeune victime. Une version jugée crédible par les enquêteurs puisque les jeunes hommes ont été relâchés dans la journée.

Une enquête facilitée par Facebook


L'enquête de la DSP a été rapide et efficace, grâce aux compétences des policiers mais aussi aux réseaux sociaux. En effet, au lendemain de l'agression, la famille de la victime avait lancé un appel à témoin, très vite été relayé sur Facebook. Une photo montrant deux jeunes adolescents circulait notamment depuis hier sur le réseau social. L'un d'entre eux désigné comme étant le coupable de l'agression, s'est avéré être l'agresseur du jeune garçon. Le compte Facebook à l'origine de la publication a depuis été fermé.

 

Quant à la jeune victime, hospitalisée à la clinique Cardella, elle est sortie dans la matinée avant d'être entendue par les autorités.
Publicité