Une arnaqueuse multirécidiviste de nouveau condamnée

justice tahiti
Tribunal Correctionnel
©M.D ; Polynésie La 1ère
Une femme, déjà condamnée pour escroquerie, vol et abus de confiance, a été jugée en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel, ce lundi 15 juin. Elle a écopé de trois ans de prison. 
La prévenue utilisait de fausses identités pour commettre ses vols. Les histoires sont multiples. Parmi elles, celle avec un oncle éloigné. Ce dernier lui prête une voiture, elle se fait alors passer pour sa femme afin de vendre le véhicule. Elle vend un engin mécanique et prétend être une intermédiaire, elle empoche près de 600 000 Fcfp. L’arnaqueuse professionnelle se présente également comme propriétaire de biens immobiliers et perçoit des premiers loyers pour des biens qui n’existent pas.

Autre histoire rocambolesque : elle fait croire à un douanier, avec qui elle avait une liaison, et à qui elle a bandé les yeux, qu’elle portait une combinaison en latex lui faisant ressembler à Mary Candelot, sa vraie identité, mais qu’en réalité, en-dessous, elle était blonde et sexy comme les photos qu’elle lui avait envoyées. La supercherie tombe quand le jeune homme rencontre ses parents.De son côté, l'arnaqueuse estime que son petit-ami savait à qui il avait affaire. 

Durant l'audience, le président du tribunal correctionnel l'interroge sur les raisons de ces actions. La prévenue répond alors qu'elle a besoin d’argent pour son fils. "J’ai fait du mal à beaucoup de gens, à toutes les victimes" explique-t-elle. En 2017, elle a déjà été condamnée pour avoir fait croire à une commerçante qu’elle était gendarme et après lui avoir escroqué près d’un million de Fcfp pour des amendes dressées dans le cadre d’une prétendue enquête du service d’hygiène. Entre 2013 et 2019, elle a fait l'objet de 10 condamnations dont 9 pour vols, escroqueries ou abus de confiance. 

La procureur a requis quatre ans de prison à l'encontre de la prévenue. Finalement, elle a écopé de trois ans de prison ferme. Une peine qu'elle devra faire en plus des 2 ans et 4 mois qui lui restent à purger de ses condamnations précédentes.