Au PK 17,5 à Punaauia, le pylône 4 G qui fait de l'ombre aux voisins

santé punaauia
Au PK 17,5 à Punaauia, le pylône 4 G qui fait de l'ombre aux voisins
©Polynésie la 1ere

C'est le pylône de la colère ! Une antenne relais 4 G devrait être installée sur un terrain privé de Punaauia. Les riverains s'y opposent, et une pétition circule pour contrer le projet du propriétaire, jugé polluant...mais ce dernier s'estime dans son bon droit...

Les nouvelles technologies, c’est bien pratique au quotidien, mais quand leurs installations dérangent, la polémique enfle.

Même si depuis une dizaine d’années, les relais de télécom se multiplient à Tahiti, à Punaauia l'ombre d'un futur pylône 4g fait peur. "On a beaucoup de chance de vivre ici dans ce beau cadre, c'est ce qu'on veut léguer à nos enfants. On ne veut pas leur laisser un héritage pollué par les ondes électromagnétiques. Sans compter la dévaluation de nos terrains quand l'antenne sera implantée", déclare, remontée, Maroussia, une habitante du quartier.

Au PK 17,5 à Punaauia, le pylône 4 G qui fait de l'ombre aux voisins
©Polynésie la 1ere

Pas question de faire la guerre pour le principal intéressé, qui n'a encore rien signé, mais avoue avoir reçu des menaces. Samuel ne comprend pas le mouvement initié par des voisins pourtant proches, et s'estime juridiquement couvert.

"Source de revenus"

 

"Je comprends aussi qu'il y ait de l'inquiétude. Maintenant je suis menacé par le service de l'Urbanisme, physiquement aussi. Je trouve ça bas de leur part...je demande à discuter...A Temaru ata, un poteau a été installé. A 500 m aussi...", se défend Samuel, qui ajoute qu'il a "des crédits en cours. J'ai des enfants, donc si c'est une source de revenus qui n'est pas néfaste, et que c'est encadré, effectivement pourquoi pas".

Au PK 17,5 à Punaauia, le pylône 4 G qui fait de l'ombre aux voisins
©Polynésie la 1ere

Des contrôles permanents sont censés être réalisés par l'opérateur avec fermeture du site en cas de dépassement des mesures autorisées. Les opposants au projet menacent de porter l'affaire en justice. Mais le préjudice sanitaire de la 4g, qui n'a jusqu'à ce jour jamais été avéré, ne sera sans doute pas retenu...  

Regardez le reportage de Caroline Farhi :