Boxe : victoire 3 à 0 pour les boxeurs d’Uzes

boxe tahiti
Boxe : club UZES
©Polynésie la 1ère
Mardi 26 novembre, la salle omnisports de Taiarapu accueillait la première soirée internationale organisée par le Ah-Min Boxing Club. Malgré une bonne résistance des boxeurs de la presqu’île, les protégés de Salem Maharzi ont su tirer leur épingle du jeu. Résumé de cette soirée.
Les boxeurs d’Uzes ne sont pas là en vacances et encore moins pour faire de la figuration. Dès l’entame du combat, Brandon Carrascosa, en maillot noir donne le ton. Billy Tetuaroa met la pression pour l’empêcher de développer son jeu… Au fil des rounds, les touches du Français sont plus nettes. Carrascosa remporte logiquement ce combat. "J'ai reçu pleins de coups au niveau de la nuque (...) Je suis déçu d'avoir perdu ce combat", explique Billy Tetuaroa, de Taiarapu Boxing Club. 

Chez les lourds, Ayoub Aabis en maillot noir face à Boyd Pia du Taiarapu boxing Club, la différence de taille est flagrante. Le Tahitien est obligé de casser la distance pour toucher son adversaire. Pas facile quand en face, ça bouge beaucoup ! Dans le dernier round, la fatigue pèse et les contre-attaques du Tahitien sont rares. Ayoub en profite pour placer des enchaînements qui font mouche. C’est une nouvelle victoire pour l’équipe française. "Ils sont allés à la bagarre, ce n'était pas le but de ce soir, il fallait faire une boxe plus nette, pus précise", explique Salem Maharzi, entraineur d’Uzes Boxing Club

C’était sans aucun doute le combat le plus attendu de la soirée. Celui opposant Yanis Hallal en maillot noir à Vaihei Maruhi. Les coups fusent de toute part. Le premier round est une épreuve de force. Les minutes défilent et les coups font mal. L’Uzellois change de tactique… Plus frais que son adversaire, Yanis opte pour une boxe à distance. Le choix s’avère payant. "J'ai su trouver une stratégie et savoir contourner sa stratégie à lui", confie Yanis Hallal de Uzes Boxing Club. "Il y a une différence de poids qui a joué (...) Mais comme je disais à mes jeunes, il n'y a pas de secret, il faut boxer", confie de son côté Steve Toofa, entraîneur du Taiarapu Boxing Club.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live