Cérémonie officielle en prologue à Hawaiki nui à Huahine

sport tahiti
Toute la caravane de la couse assiste à la cérémonie
Toute la caravane de la couse assiste à la cérémonie ©S. Favennec / Polynésie 1ère
Mardi 4 novembre à 16h00 s’est déroulée à Huahine la cérémonie lançant officiellement la 24e édition d'Hawaiki Nui va’a.




« Il est plus prestigieux de gagner la Hawaiki Nui que la Molokai Hoe ». Les mots du président Edouard Fritch résonnent dans le grand préau de l’école primaire de Fare à Huahine. Le président de la Polynésie s’adresse directement aux rameurs attentifs, assis devant lui et au autres officiels présents, dont Marcel Tuihani.
Edouard Fritch a fait le déplacement de Tahiti pour soutenir les aito du va’a. « Le va’a, c’est notre âme, c’est notre histoire, et, je l’espère, notre futur. Cette pratique est ancrée au plus profond de notre culture ». L’assemblée, venue nombreuse malgré la pluie incessante, applaudit.
E Fritch encourage les rameurs
E Fritch encourage les rameurs ©S. Favennec / Polynésie 1ère
Initialement prévue sur le quai de Fare, à l’extérieur, la cérémonie a finalement été déplacée sous le préau de l’école primaire. Une décision prise dans la matinée par les organisateurs. Malgré le très mauvais temps, il était inenvisageable d’annuler la cérémonie. «C’est une tradition, c’est le moment où la population et les officiels transmettent leurs encouragements aux équipes de rameurs », explique Alexandre Wohler, commissaire officiel de la course.
 
Haere mai
Haere mai ©S. Favennec / Polynésie 1ère
En ce mardi 3 novembre, les associations de l’île ainsi que les habitants ont donné le maximum pour accueillir comme il se doit les équipes, les officiels, et les touristes. Colliers de tiare pour chaque invité, chants pour inaugurer cette cérémonie, prière pour bénir la course et ses participants et enfin, certainement le moment le plus attendu, le ma’a Tahiti.
Ce repas à base de produits locaux, issus uniquement des faapu de Huahine, est une tradition. Il est préparé chaque année depuis le début de la Hawaiki nui. Ce sont les associations des matahiapo de Huahine qui sont chargés de faire le ma’a. « C’est une plaisir et un honneur de le faire pour nos rameurs », confie l'une des bénévoles qui ne cache pas son soutien pour l’équipe de Huahine, Matairea Hoe, l’un des favoris de cette 24e édition.
 
Prière et recueillement
Prière et recueillement ©S. Favennec / Polynésie 1ère
Poisson cru, fei, fafa, reitia, taros… les rameurs se régalent à quelques heures du départ de la course. « Ca nous recharge, le ma’a Tahiti c’est riche, ca nous fait du bien. Après, il ne faut pas trop manger si tu ne veux pas couler ! », s’amuse Jean-Pierre l’entraîneur de Tamarii Tuara’a Vaa, un club de Paea.
Le rameur de 38 ans, qui à la place de faaoro dans son équipe, semble ravi d’être présent à cette cérémonie. Ce moment de partage est important selon lui. « Cela permet d’échanger avec les autres rameurs à la veille du départ. Cela resserre les liens autour de la pirogue ». Un moment important donc avant que tous les aito de la Hawaiki Nui ne s’affrontent durant trois jours.
 
Tamaa
Tamaa ©S. Favennec / Polynésie 1ère

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live