Cessation de paiement de Tahiti Nui Travel : les précisions de Frédérick Grey

tourisme tahiti
Frédérick Grey
Frédérick Grey ©Polynésie 1ère, Heiata Buluc, Titaua Doom
Dans un droit de réponse, l'homme d'affaires samoan, Frédérick Grey, précise que Tahiti Nui Travel est en cessation de paiement, mais qu'il espère éviter un redressement judiciaire. Il reste en outre propriétaire des hôtels Sofitel de Tahiti, Moorea et Bora Bora.
Dans un droit de réponse, Frederick Grey et la direction du Groupe Tahiti Nui Travel réagissent notamment à un article de La Dépêche, en date du 11 mai et intitulé « Tahiti Nui Travel a déposé le Bilan ». L'article publiant selon lui, des "informations incomplètes, voire pour certaines totalement fausses."

Ainsi, contrairement à ce qui y est écrit, Frédérick Grey demeure propriétaire des hôtels Sofitel Moorea et Bora Bora, mais également de l’hôtel Sofitel Tahiti. Il regrette par ailleurs que la rédaction de La Dépêche n'aie "pas même daigné contacter la direction du groupe Tahiti Nui Travael, ni même M. Grey, avant de publier un tel article. Un tel comportement est irresponsable et causera un préjudice irréparable aux sociétés concernées."

La direction du groupe Tahiti Nui Travel précise en outre que la société est en cessation des paiements auprès du Tribunal Mixte de
Commerce de Papeete. "Cette déclaration constitue tout simplement une obligation légale, compte tenu de la situation actuelle purement comptable du Groupe TNT, qui est évidemment frappé par cette crise sanitaire et économique sans précédent, à l’instar de nombre de sociétés polynésiennes, notamment dans le secteur hôtelier et touristique. Mais à ce jour, aucune décision n’a encore été prise par la juridiction compétente quant à l’avenir du Groupe Tahiti Nui Travel, et ainsi aucun redressement judiciaire
n’a, pour l’instant, été décidé par la juridiction commerciale ! Ainsi, en tant que telles, ces affirmations de l'article litigieux ne sont pas exactes et entraîneront ainsi une probable perte d’une partie de notre clientèle. Surtout que Mr Frederick GREY et la Direction de TNT s’efforcent précisément d’éviter qu’un tel redressement judiciaire soit prononcé, estimant pouvoir éviter une telle mesure.
"

Enfin, Frederick Grey rappelle que le groupe Tahiti Nui Travael est "un acteur majeur et même incontournable du tourisme polynésien depuis plus de 50 ans, et que la survie de nombreux hôtels, pensions de famille et partenaires touristiques, dépend également de la survie du Groupe TNT !"

Frederick Grey avait racheté le groupe TNT en 2016 (avec près de 150 salariés) et n'a "aucune intention de vendre à ce jour le Groupe TNT. Il est donc parfaitement faux d’indiquer que Monsieur Frederick GREY souhaiterait quitter la Polynésie française ou se désinvestir totalement localement."
Les Outre-mer en continu
Accéder au live