Clinique Paofai : la direction suspend le 13e mois, les salariés pas d'accord

social tahiti
Clinique Paofai : la direction suspend le 13e mois, les salariés pas d'accord
©Polynésie 1ère
Depuis son rachat, la polyclinique de Paofai est en bonne voie de redressement, selon sa direction. Cependant, elle avoue des difficultés de trésorerie pour finir l’exercice. La situation serait telle que le 13e mois est suspendu pour cette année. Les salariés ne sont pas de cet avis. 


Situation difficile à la polyclinique Paofai et dialogue social tendu. Lors du dernier comité d’entreprise, la direction annonce le non-versement du 13e mois, seule façon pour elle de ne pas se retrouver en cessation de paiement. Principales causes avancées, les travaux réalisés pour remettre aux normes l’établissement qui ont dépassé les sommes prévues. Et une bonne progression de l’activité alors que la dotation fournie par la CPS est basée sur une activité réduite.
Depuis son rachat, la polyclinique de Paofai est en bonne voie de redressement, selon sa direction. Cependant, elle avoue des difficultés de trésorerie pour finir l’exercice. La situation serait telle que le 13e mois est suspendu pour cette année. Les salariés ne sont pas de cet avis.

Ecoutez Geneviève Cazes, directrice de la Polyclinique Paofai :
©Polynesie 1ere
Incohérence pour les salariés, le 13e mois est normalement payé sur le prochain budget et celui de 2016 n’est pas encore connu. Le principal syndicat dénonce un accord entre la direction et un syndicat minoritaire. Il met en avant l’opacité de la gestion et un chantage à l’emploi alors que les employés ont davantage travaillé.

Ecoutez Gérard Coulon, délégué syndical A tia i mua à la polyclinique Paofai :
©Polynesie 1ere
Un mauvais cap à passer selon les responsables. L’entreprise affiche une nette augmentation de ses activités. Plus de 15% pour l’année 2014 et déjà 11% supplémentaire sur le seul premier semestre 2015.

Retrouvez ce reportage ce soir dans notre Ve'a de 18h30 et notre JT de 19h.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live