Comparution immédiate : la violence et l'ivresse au coeur des débats

justice tahiti
justice
©D.R.
Lundi 24 avril, trois affaires ont été jugées en comparution immédiate : une attaque aux ciseaux, un fait de violence contre un gendarme et une conduite en état d'ivresse et sans permis. Compte-rendu d'audience.

La première affaire à passer en audience est une affaire d'agression aux ciseaux. Les faits remontent au 18 avril dernier au marché de Papeete. Deux artisanes qui confectionnent des couronnes ont un désaccord : Emélie croit que Maeva se moque d'elle. Alors, elle sort des ciseaux et touche légèrement Maeva au niveau du thorax. La victime aura 8 jours d’arrêt de travail.

Le procureur a requis un maintien en détention avec obligation de soin. Emélie a finalement écopé d'un mois de prison ferme, elle reste donc à Nuutania. Elle devra aussi se faire soigner à cause de ses troubles de comportement et payer à sa victime, Maeva, 100 000 cfp de dommages et intérêts.

Six mois de prison avec sursis


La deuxième affaire concerne un jeune en état de récidive. Heitapu comparait pour avoir, le 21 avril dernier, donné un coup au visage d'un gendarme, venu en intervention suite à une dispute familiale à Mataiea. L'homme était ivre. Le procureur a requis quatre mois de prison avec sursis.

L’agresseur a finalement a été condamné à six mois de prison avec sursis, avec travail d’intérêt général et obligation de se chercher un emploi. Malgré le sursis, Heitapu a tout de même repris le chemin de Nuutania. En effet, il est incarcéré dans le cadre d'une autre affaire qui concerne cette fois de stupéfiants. Le jugement est prévu pour juillet prochain.

Direction Nuutania pour le chauffard ivre


Enfin, la troisième affaire en comparution immédiate est une histoire de conduite en état d'ivresse. Le suspect est jugé pour avoir pris le volant sous l'effet de l'alcool et sans permis. Le procureur a requis trois mois de prison.

Hiro, le chauffard qui conduisait saoûl et sans permis, a finalement écopé de trois mois de prison ferme, d’une obligation de soins et de 40 000 cfp d’amendes. Direction Nuutania, donc, pour Hiro.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live