publicité

CPS : le personnel réclame la tête de Régis Chang

Le torchon brûle entre les employés de la CPS et leur directeur. Dans un courrier adressé au vice-président et ministre de la fonction publique, Nuihau Laurey, les représentants demandent que des « mesures drastiques et immédiates » soient prises.

Régis Chang, directeur de la CPS © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Régis Chang, directeur de la CPS
  • Lai Temauri / Caroline Farhi
  • Publié le , mis à jour le
Le malaise perdure à la caisse de prévoyance sociale depuis 2013. Les représentants du personnel de la CPS dénoncent une forme de harcèlement de la part du directeur Régis Chang. "Management pervers, attaques externes aux dépenses en prestations non justifiées", c'est ce qu'écrivent dans leur courrier au ministre de tutelle, les syndicats de la caisse.
le personnel réclame la tête de Régis Chang
le personnel réclame la tête de Régis Chang

Ces derniers ne comprennent pas pourquoi la renégociation de leur convention d'entreprise serait une condition au retour de l'Etat dans le financement du régime de solidarité territoriale. Ils ne comprennent pas non plus la prime que s'est octroyée le directeur en période de crise. Un directeur qui touche plusieurs primes, exemple, 240 000 francs pacifiques pour la gestion des biens en location de la CPS.
Les représentants syndicaux doivent rencontrer le personnel aujourd'hui pour savoir si le mouvement débouchera sur un préavis de grève.
Caisse de prévoyance sociale © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Caisse de prévoyance sociale

Le président du conseil d’administration de la Caisse de Prévoyance Sociale n’a toujours pas été élu. Daniel Palacz est l’administrateur provisoire. Le poste de la nouvelle mandature doit revenir aux syndicats. Hier, en pré-conseil des ministres, le Pays a nommé les membres du conseil d’administration de la Caisse de Prévoyance Sociale.

Sur le même thème

  • social

    Le syndicat renonce à la grève à l'Intercontinental Tahiti

    O oe to oe rima avait déposé un préavis de grève à l'hôtel Intercontinental de Tahiti. Faute d'accord, la grève devait être effective ce jeudi 5 septembre. Mais, le syndicat y a finalement renoncé, malgré l'absence d'accord formel.

  • social

    Menace de grève dans le bâtiment

    Menace de grève dans le bâtiment, après le dépôt d'un préavis qui concerne d'une part la direction de l'Equipement et d'autre part, six entreprises privées locales. Si aucun accord n'est trouvé d'ici le 21 août, la grève sera effective dans les subdivisions de l'Equipement et sur certains chantiers.

  • social

    Les logements sociaux au quotidien

    Dans certains quartiers, les habitants de logements sociaux aspirent à devenir propriétaire depuis près de 40 ans.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play