Déboires en série pour le Boeing 787, alors qu'Air Tahiti Nui vient d'en commander quatre

transport aérien tahiti
aérien
Un Boeing 787 à l'entretien ©D.R.
Au total 4 appareils de type Boeing 787-9 Dreamliner doivent être livrés à la compagnie au Tiare d'ici Juillet 2019. Mais l'avion enchaîne les problèmes électriques depuis son entrée en service fin 2011. On fait le point sur la fiabilité de l'aéronef.
Dernier incident en date: des problèmes de générateurs. L'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) a demandé, il y a quelques semaines, aux compagnies aériennes qui exploitent des Boeing 787 de procéder à une "maintenance renouvelée" des générateurs de l'appareil.
Elle demande aux compagnies qu'elles désactivent régulièrement les générateurs du 787. En pratique, qu'elles coupent le courant, car la "mise sous tension ininterrompue des générateurs peut entraîner une coupure de l'alimentation électrique et donc une perte de contrôle en vol de l'appareil", comme le révélent nos confrères du journal "Le Monde". Des tests ont prouvé qu'une mise sous tension sans interruption pendant 248 jours, soit huit mois, pouvait provoquer une rupture de la production de courant en vol.
La société Boeing a immédiatement promis de corriger ce bug informatique d'ici la fin de l'année et précise qu"il est rare qu'un avion commercial reste sous tension pendant huit mois d'affilée". Un risque jugé rarissime mais qui s'ajoute aussi à des problèmes de redémarrage des générateurs.


Nouveau coup dur

Ce n'est pas le premier accroc à la carrière commerciale du dernier né de l'avionneur américain. Dès ses premiers vols, on a constaté des incendies à répétition des batteries au lithium-ion qui ont cloué au sol pendant 3 mois la cinquantaine de 787 déjà livrés. En Janvier 2013, deux départs d'incendies, l'un à Boston, et l'autre au Japon avaient finalement provoqué l'atterrissage d'urgence d'un 787 de la compagnie All Nippon Airways.
Au final, dans l'impossibilité de résoudre ce problème de surchauffe des batteries, Boeing avait imaginé un sarcophage d'acier pour envelopper ces équipements et confiner tout départ d'incendie ainsi que les dégagements de fumée.