polynésie
info locale

Décès de François Paul-Pont : un utopiste tire sa révérence

décès tahiti
François Paul-Pont
©ATPA
L'économiste et enseignant, François Paul-Pont, est décédé cette nuit. Penseur engagé, il avait mis toute son énergie à faire émerger, sur le fenua et ailleurs, des projets respectueux de l'humain et de l'environnement. Hommage à un utopiste authentique.
François Paul-Pont a mis fin à ses jours, cette nuit. Il avait 65 ans. Installé sur le fenua depuis une quinzaine d'années, François Paul-Pont est à l'origine de multiples initiatives citoyennes et alternatives, toutes destinées à faire émerger une nouvelle économie, plus respectueuse de l'homme et de la nature. 
Impliqué dès sa création dans l'association "2Da", l'association polynésienne de développement durable, puis dans son renouveau en 2013 à travers le mouvement des "Colibris", François Paul-Pont participe à l'impulsion de projets innovants et durables. Portrait d'un homme d'idées et d'action, à travers quelques-unes de ses réalisations.

La première Webschool à Tahiti 

Convaincu que les technologies numériques peuvent participer activement au développement de la Polynésie, François Paul-Pont participe en 2010 à la création de la première "Webschool", au sein de l'Institut Supérieur de l'Enseignement Privé de Polynésie.

L'envers du monde, pour éveiller les consciences 

Le 24 mars dernier, François Paul-Pont était sur le plateau du grand Huit de Radio Polynésie pour évoquer avec lui la 4ème édition de l'Envers du Monde. Un festival de projection documentaire qu'il avait co-créé avec Pierre Olivier, afin de proposer au plus grand nombre de découvrir une autre vision des grands enjeux du monde d'aujourd'hui et de son avenir. Un décryptage destiné à faire "ouvrir les yeux" et changer nos comportements.

Alternatiba Tahiti

Le 29 novembre 2014 s'ouvrait pour la première fois, dans le hall de l'Assemblée de Polynésie française, le premier festival "écolo et solidaire" sur le fenua. Un événement organisé de manière entièrement bénévole, qui proposait des dizaines d'ateliers participatifs, d'animations pour petits et grands et de mini-conférences, autour de nouvelles manières de vivre et de consommer. Près de 2000 visiteurs étaient venus à la rencontre de ces acteurs alternatifs.
Il en parlait pendant le JT avec Cybèle Plichart, c'était en novembre 2014 :
Pour en savoir plus sur la prochaine édition de l'événement Alternatiba Tahiti, suivez ce lien.

Les Green drinks : préparer l'avenir dans la convivialité

Inspirés d'une démarche internationale, les Green Drinks ont été lancés courant 2014 à Tahiti, entre autres à l'inititiative de François Paul-Pont pour réunir de manière informelle et conviviale, autour d’un verre, toutes les personnes concernées par les sujets liés au développement durable. Organisées dans les bars de Papeete, ces soirées prennent toujours la forme de rencontres décontractées et de discussions animées et sympathiques, qui poussent à attendre l'édition suivante avec impatience. 
Pour en savoir plus : http://www.colibris-tahiti.org/sites/green-drinks-tahiti

Avant de s'installer sur le fenua, François Paul-Pont avait eu le temps de parcourir une partie du monde, en portant notamment des projets interculturels ambitieux autour de la musique. Il aimait se rappeler le souvenir d'une tournée inédite à laquelle il avait donné naissance en 1989 : le premier festival de musique zoulou en France. Dans ces archives de l'INA, il en parlait dans un reportage  :

L'urgence de ralentir
Pour comprendre plus en profondeur quelle était sa philosophie et son analyse du système actuel, il faut lire en ligne sur internet son ouvrage "Et si on devenait raisonnables", paru en 2011 :

 

Ce ne sont là que quelques-uns des projets dans lesquels François Paul-Pont s'est investi corps et âme. A chaque fois que l'occasion lui en était donnée, il exprimait avec force "l'urgence de changer". Il déployait toute son énergie à faire passer ce message et à démontrer qu'il pouvait exister des manières de vivre, de produire et de consommer plus responsables, plus respectueuses et plus raisonnables.
A 65 ans, il a décidé de passer le relais et de laisser aux nouvelles générations le soin de poursuivre son combat.


La rédaction de Polynésie 1ère adresse ses pensées sincères à ses proches et à tous ceux qui l'aiment.