Dépister le diabète pour mieux se protéger de la covid

diabète tahiti
Dépistage du diabète, continuer malgré la covid
©polynésie.la1ère
Le diabète est un facteur de risque de la covid et touche une grande partie de la population. Ce matin le Dr Boissin et ses équipes ont sensibilisé les passants au marché de Papeete : si le diabète est bien équilibré, il n'envoie pas plus à l'hôpital en cas de contamination covid. 
 

20% de diabétiques en Polynésie, mais sans doute le double


Le stand est là, devant l’entrée du marché de Papeete. 4 infirmières sont à la manœuvre, objectif piquer une petite goutte de sang au bout du doigt des passants volontaires. Instantanément le résultat tombe, si le taux de sucre n’est pas entre 0.8 et 1.2 g/ litre de sang il y a risque d’être diabétique. On vient ici pour se rassurer

J’ai un doute, tous les matins je prends 5 sucres dans mon bol de café alors mieux vaut prévenir que guérir

un passant volontaire

Le diabète touche près de 20 % de la population en Polynésie française, un chiffre officiel, mais le Dr Boissin, diabétologue et vice-président de l’association des diabétiques et obèses de PF (ADOPF) pense qu’il faut doubler ce chiffre. Beaucoup de diabétiques s’ignorent. D’où l’intérêt de ces dépistages dans la rue.
 

Covid et diabète ne font pas bon ménage mais…


Une nécessité d’autant plus que tout le monde sait désormais que le diabète est un facteur aggravant de la covid et entraine souvent des complications sauf …s’il est bien équilibré.

Dans les patients hospitalisés il y’a très peu de diabétiques sauf des patients dont le diabète est mal équilibré   

Dr Jean Louis Boissin, diabétologue

L’enjeu est donc que les diabétiques qui se connaissant gèrent correctement leur diabète comme ils ont souvent appris à le faire et que ceux qui s’ignorent soient dépistés afin d’éviter les complications.
De plus le diabétologue recommande 3 choses fondamentales:
 
  • Avoir son matériel nécessaire en grande quantité à la maison pour éviter de sortir
  • Bien équilibrer son diabète au quotidien
  • Avoir les numéros d’urgences à disposition
En respectant ces règles les diabétiques n’ont pas plus de raisons que les autres d’être victimes de la covid.
 

Dommage collatéral : la dépression nerveuse


Néanmoins le Dr Boissin constate depuis quelques mois une forte augmentation des dépressions nerveuses chez ses patients guéris du coronavirus. Des gens entre 40 et 50 ans souvent sportifs et dynamiques qui ont été épuisés par la covid et ont du mal à retrouver leur forme. Les prescriptions d’antidépresseurs explosent.

L’association des diabétiques et obèses de PF (ADOPF) continue ses dépistages aujourd’hui et demain vendredi 13 novembre au marché de Papeete. Elle sera devant la cathédrale Samedi 14 novembre.